• billets
    4
  • commentaire
    0
  • vues
    4 789

Chapitre 2 – 1444 – 1455

Loup

484 vues

Chapitre 2 – 1444 – 1455

 


La première décision du roi Henri VI après la clôture du Parlement fut de nommer en tant que conseiller militaire du royaume un maître-instructeur compétent, Francis Tarleton, âgé de 30 ans et connu pour ses méthodes en matière disciplinaire. Il allait pendant les années à venir jouer un rôle essentiel pour l'armée anglaise qui était dans un mauvais état après la guerre de Cent Ans. En même temps, des alliances et des mariages royaux furent conclus avec la Savoie, l'Autriche, l'Aragon et le Portugal.

 


kCsTRAH.png


Le nouveau conseiller, le maître-instructeur Francis Tarleton

 


L’évêque de Wessex fut aussi créé cardinal de la Curie non longtemps après la nomination de Francis Tarleton en tant que conseiller royal, donnant plus d'influence à l'Angleterre et renforçant sa position dans l'Europe catholique.

 


bmAB2u3.png


L’évêque de Wessex est créé cardinal

 


Le 16 mars 1445, après de nombreuses prières et tentatives, Mary Lancaster, la fille du roi Henri VI et sa femme Marguerite d'Anjou, est née, sécurisant la lignée royale et mettant fin aux conflits avec la branche cadette des York. La faction des York restait néanmoins puissante, mais la naissance de Mary affaiblissait leurs prétentions sur le trône. La famille royale espérait cependant toujours avoir un héritier mâle, pour mieux assurer la succession.

 


f9oQexl.png


Naissance de Mary, l’héritière du trône

 


Néanmoins, la population, profitant de la paix et la prospérité devenait, selon une partie de la noblesse, de plus en plus décadente, affaiblissant les compétences et réserves militaires du royaume. Le roi, pacifiste convaincu, refusa d'écouter les critiques, malgré la baisse de stabilité que ce conflit causa.

 


Q8PlOMt.png


Baisse de stabilité à cause de la décadence

 


En même temps, sur le continent, trois différents pays voulant étendre leurs territoires déclarèrent la guerre à la Provence la même année. D'abord la France, pour conquérir l'Anjou, ensuite la Bourgogne pour conquérir le Barrois et ainsi créer un lien entre les différentes possessions bourguignonnes et finalement la Bretagne pour conquérir le Maine.

 


e4j3ZAY.png


Guerres contre la Provence

 


Le 14 février 1448, suite à une nouvelle crise de folie, encouragé par ses conseillers, le roi Henri VI décida de nommer sa femme, la reine Marguerite d'Anjou, régente du royaume. Le roi sombra dans la folie peu après, et n'allait jamais plus pouvoir régner ni avoir des enfants à cause de son état mental. Marguerite était désormais reine-régente d'Angleterre et de France, duchesse-régente de Normandie et d'Aquitaine et dame-régente d'Irlande, exerçant le pouvoir au nom du roi Henri VI. Cette ambitieuse femme, agissant dans ses intérêts et ceux de sa famille, allait changer le destin du royaume. Son ambition était de défendre sa famille, notamment en Provence, de ne pas hésiter à s'engager dans des guerres ou de centraliser le royaume pour renforcer la puissance royale. Le roi est fou, vive la reine !

 


8bu17Gn.png


La nouvelle régente, Marguerite d'Anjou

 


Sa première décision en tant que régente fut de désigner Calais comme port exclusif du royaume, malgré les conséquences diplomatiques avec la Flandres. Cette décision était populaire parmi les marchands et suivait la décision du Parlement de 1444 de contrôler et protéger le commerce de la Manche.

 


qOkMbKe.png


Désignation de Calais comme port exclusif

 


En mai 1448, Marguerite décida de rappeler l'ambassade des États Pontificaux, dont la mission avait été une réussite, améliorant les relations avec le Pape et donnant plus d'influence à l'Angleterre dans la Curie.

 


sP57J6C.png


Rappel et réussite de la mission

 


Néanmoins, la situation religieuse du royaume restait assez instable et certains doutaient du dogme catholique. En juin 1448, les conflits entre les catholiques et l’hérésie lollarde, pourtant interdite, allait s'empirer dramatiquement. Marguerite, pas aussi pieuse que son mari, mais quand même soucieuse de ménager le Pape, décida d'arrêter tous les lollards du royaume et de s'y opposer, ce qui causa de l'agitation dans plusieurs provinces du royaume. Elle avait sous-estimé l'importance de cette hérésie dans plusieurs provinces anglaises.

 


Y2p2Qzf.png


L'hérésie lollarde

 


En début de 1449, la Provence, suite à plusieurs désastres militaires, dut accepter l'offre de paix française et céder les provinces d'Anjou, Maine et Provence à la France. La reine-régente était furieuse, car cette agression face à son propre père René d'Anjou affaiblissait considérablement sa position en Angleterre en tant que reine et celle de la branche cadette d'Anjou de la maison des Valois. Réfléchissant un moment si elle devait déclarer la guerre à la France pour libérer la Provence, elle décida de ne pas le faire pour éviter de rompre la trêve avec la France et l'équilibre si fragile dans le royaume, et ne pas contrarier le Parlement.

 


bP91A5H.png


Défaite et humiliation de la Provence et de son comte René d'Anjou face à la France

 


Voulant se venger et puis pouvoir restaurer les Lancaster sur le trône de France, Marguerite décida finalement, peu après cette défaite, de tenter de reprendre Armagnac aux français le plus rapidement possible et rendre à son père les anciennes terres provençales. Cependant, une autre humiliante défaite allait bientôt changer l'ordre des priorités de la reine-régente…

 


SzxgcBL.png


Mission pour reconquérir Armagnac, une possession française qui est légitimement anglaises

 


L'autre rival du royaume, la Bourgogne, qui avait déclaré la guerre à la Provence un peu près en même temps que la France, força la Provence de céder la province de Barrois et la Lorraine de céder les provinces de Metz et Lorraine, annexant complètement ce pays.

 


CbMxyhS.png


Le traité de paix entre la Bourgogne et la Provence, une véritable provocation

 


C'était la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour Marguerite d'Anjou, mais aussi pour les diplomates anglais et de nombreuses principautés, dont l'empereur et la Savoie, qui sous la direction de l'Angleterre et son roi (sa reine-régente) formèrent la ligue de Draguignan (ou la première coalition anti-bourguignonne) après une réunion dans cette ville.

 


1naJu5b.png


L'Angleterre prend la tête de la ligue de Draguignan

 


Un mois plus tard, en août 1449, la ligue de Draguignan déclarait la guerre contre la Bourgogne. Les buts des coalisés étaient nombreux : de libérer les dépendances bourguignonnes, rendre Barrois à la Provence et rendre la Picardie à l'Angleterre. Chaque membre de la ligue s’était engagé à ne rien conquérir, et à transférer tout territoire bourguignon occupé à l'Angleterre, qui allait mener les négociations avec la Bourgogne. En échange, l'Angleterre abandonnait toute revendication sur les territoires bourguignons en outre de la Picardie et promettait de préserver l’indépendance des dépendances bourguignonnes après leur libération. Au sein de la noblesse anglaise, la nouvelle guerre était très populaire et diplomatiquement, c'était un succès pour Marguerite.

 


GBm9q6T.png


La guerre de la ligue de Draguignan, ou la guerre punitive anglaise, avec les forces présentes

 


La première bataille de la guerre fut celle d'Artois, où l'infanterie et la cavalerie anglaise écrasèrent l'armée de Flandres, une des dépendances bourguignonnes.

 


QexItcd.png


La bataille d'Artois

 


Grâce à un saint la même année, un pauvre qui était en train de mourir à cause d'une grippe fut guéri miraculeusement, ce qui améliora la stabilité du royaume et la confiance du peuple envers la royauté. Cependant, certains sujets doutaient de la capacité guérissante de ce saint et demandaient secrètement la fin une réforme de l'Église catholique.

 


2Pfjh7i.png


Le miracle du saint

 


En début 1450, l'appropriation des terres1 décidée par le Parlement de 1444 fut mise en place. Johan Ondor reçut les possessions de Northumbrie.

 


Lmcpb4q.png


L'appropriation des terres en Northumbrie et Gloucestershire

 


La même année, un cardinal français vivant en Armagnac qui n'avait pas oublié le temps ou l'Angleterre contrôlait la province traversait la frontière pour aller vers le côté anglais, tout en reconnaissant Henri VI comme le seul roi légitime de France et condamnant l'agression française face à la Provence.

 


8486tOV.png


Le cardinal d'Armagnac passe à Labourd

 


En mai 1450, les armées coalisées d'Angleterre, Savoie et le Palatinat menées par Richard Plantagênet réussirent à écraser les troupes de la Bourgogne, la Flandres, la Hollande et les États Pontificaux menés par le duc de Bourgogne Philippe III sur le champ de bataille de Vlaanderen.

 


GtUWnKn.png


La bataille de Vlaanderen, un véritable désastre pour l'alliance bourguignonne

 


À partir de décembre 1450, les places fortes bourguignonnes commencèrent à tomber l'une après l'autre, affaiblissant l'ensemble bourguignon et son unique allié, les États Pontificaux. L'intervention du pape dans cette guerre avait mis en colère la reine Marguerite qui considérait que le pape devait rester neutre et être l'arbitre de la Chrétienté, et non un belligérant agressif défendant les intérêts de telle ou telle puissance. De nombreux membres du clergé anglais n'allaient jamais pardonner le pape pour son intervention dans ce conflit.

 


E6w06x1.png


L'Angleterre remporte les sièges de Namur et Vlaanderen, permettant aux troupes d'avancer

 


Le pape fut forcé de capituler et renoncer à l'alliance avec la Bourgogne en mars 1451. Le même mois, le général Richard Plantagenet, qui avait mené les troupes lors de toutes les victoires anglaises pendant le conflit, mourrait dans une petite bataille face à 1 régiment bourguignon.

 



Les États Pontificaux signent la paix

 


En septembre, la Bourgogne capitula finalement après avoir perdu bataille après bataille et place forte après place forte. Le duc de Bourgogne Philippe III fut forcé de rendre la province Barrois à la Provence, rendre la province de Picardie à l'Angleterre, payer et libérer les dépendances de Flandres, Brabant et Hollande. La ligue de Draguignan était dissoute, mais l'un des plus dangereux rivaux de l'Angleterre était écrasé. Le royaume tenait aussi sa vengeance pour le traité d'Arras, où Philippe avait abandonné l'Angleterre à son sort face aux armées du dauphin Charles de Valois. Toutefois, le royaume sortait épuisé de la guerre, avec très peu d'effectifs restants et une lassitude de guerre relativement basse, mais quand même importante.

 



Paix avec la Bourgogne

 


2 jours après la signature de la paix, les hérétiques lollards se soulevèrent dans deux provinces du royaume, dont la capitale Londres. Pour s'occuper des rebelles, un militaire, Archibald Hood fut promu général. Avançant trop lentement, il n'eut pas le temps d’empêcher les rebelles d'occuper Cornouailles, mais il écrasa les rebelles de cette province seulement quelques jours après son occupation, la délivrant ensuite rapidement. Ensuite, il défit facilement les rebelles qui assiégeaient la capitale.

 



Rébellion des lollards et promotion d'Archibald Hood

 


Plus tard le même mois, un nouvel empereur du Saint-Empire fut élu, Franz Ier d'Autriche.

 



Élection de Franz Ier en tant qu'empereur

 


Peu après, la France déclara une fois de plus la guerre, cette fois face à la Bretagne. 2 ans plus tard, en janvier 1453, la Bretagne accepta de signer la paix, perdant la moitié de ses provinces. Cette paix était assez honteuse pour la reine-régente, dont le mari avait promis au Parlement d'étudier les possibilités de relations diplomatiques, ce qui n'avait pas été fait. Enfin en 1451, une seconde coalition anti-bourguignonne menée par Gueldre déclara la guerre à la Bourgogne et Nevers.

 



Paix entre la Bretagne et la France Deuxième Coalition contre la Bourgogne

 


Le 1 janvier 1452, des marchands Castillans partagèrent avec des Anglais pour la première fois une carte montrant la position exacte des îles Canaries et les alentours. Cette nouvelle intéressa certains Anglais très ambitieux, qui aimeraient que le roi tente d'envoyer des expéditions vers ces îles et peut-être même au-delà. La reine-régente refusa sous prétexte du manque de fonds et des dangers d'un tel voyage.

 



Carte avec les îles Canaries

 


La même année, une seconde révolte contre le pouvoir royal éclata dans le Lincolnshire. Elle fut rapidement écrasée par le général Archibald Hood et l'armée d'Écosse.

 



Révolte des paysans dans le Lincolnshire Victoire de l'armée de l'Écosse

 


En juin 1452, une alliance et un mariage royal furent effectués avec le Connacht qui dominait l'Irlande. Le but de Marguerite était de tenter d’étendre l'influence anglaise et éventuellement tenter de vassaliser Connacht pour pouvoir unifier l'île irlandaise sous le contrôle anglais.

 



Alliance avec Connacht en Irlande

 


Suite à la chute de Byzance, de nombreux réfugiés de ce pays commencèrent à arriver dans les cours européens. La reine-régente, conseillée par des membres de la cour, décida de les accueillir ouvertement en Angleterre, ce qui renforça les connaissances du pays en matière culturelle et scientifique.

 



Arrivée de réfugiés byzantins

 


En novembre 1453, suite aux retours de marins malades, la grippe toucha le port de Gwynedd en Pays de Galles. Le port fut mis en quarantaine pendant la durée de la grippe.

 



Grippe à Gwynedd

 


L'année d'après, 1454, grâce à des documentaires légitimes, la revendication historique anglaise sur la province bourguignonne d'Artois fut prouvée et reconnue par les souverains d'Europe.

 



Preuve de la revendication historique

 


Peu de temps après, un des conseillers du royaume en matière commerciale inventa une nouvelle méthode pour construire les marchés d'une façon plus efficace à l'échelle provinciale, ce qui allait pouvoir permettre de plus facilement construire ce genre de bâtiment à travers le royaume.

 



Le rapport du conseiller

 


Finalement, voici la situation politique des possessions anglaises en début de janvier 1455, date de la session parlementaire de 1455 :

 


 



Il y a un petit problème avec les images dans le chapitre, mais j’espère que ce n'est pas trop grave. Après si cela duré c'était à cause de petits problèmes de mon côté, donc le chapitre n'est pas aussi complet que prévu et certaines parties peuvent être un peu bizarres. Je vais essayer d'améliorer ma façon d'écrire les chapitres pour la prochaine fois!

 

Inauguration du Parlement de 1455

 

Notes :
1 Je ne sais pas pourquoi, mais le jeu a changé les terres. Le seul changement de mon côté est l'ajout de la Pléiade



0 Commentaire


Recommended Comments

Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.