• billets
    4
  • commentaire
    0
  • vues
    4 814

Introduction - L'histoire anglaise

Loup

2 834 vues

Introduction - L'histoire anglaise

 

Les terres que nous connaissions comme l’Angleterre en 1444 étaient déjà habitées avant que les Îles Britanniques deviennent des îles, et que l'Angleterre se sépare de la terre ferme. Ceux qui habitèrent ces terres les cultivaient et construisaient des simples maisons. Un monument célèbre de cette période est Stonehenge, un énorme travail avec les moyens limites de l'époque. Cependant, les îles furent longtemps marquées par des invasions successives en provenance du continent, et de différents peuples voulant profiter des nombreuses richesses de l'île.

gallery_52256_9_1419.jpg


Stonehenge


Une des civilisations qui marqua le plus l'Angleterre pendant la période pré-romaine est celle des Celtes. Ils traversèrent la Manche par vagues successives, et s’installèrent sur l’île de Grande-Bretagne, pour plus ou moins la dominer jusqu'à l’arrivée des Romains. Les Celtes étaient doués pour manier le fer. Ils construisirent à travers l'Angleterre de nombreux petits forts en terre, qui purent les protéger face aux nombreux dangers de la période pré-romaine. Ceux qui vivaient en Angleterre avaient de nombreuses coutumes et traditions particulières, comme les druides ou différentes fêtes, qui ressemblaient pour la plupart à celles des Celtes installés en Gaule à la même époque. La langue principale parlée en Angleterre à cette époque était le brittonique. Grâce à leurs liens culturels avec le continent, ils pouvaient faire du commerce avec les peuples Celtes de l’autre côté de la Manche.

 


Tout cela changea avec la nouvelle grande invasion, celle des Romains. La première invasion romaine des Îles Britanniques était sous la direction de César en 55 avant notre ère, mais elle ne réussit pas à établir durablement des territoires sous le contrôle des Romains. La véritable invasion allait venir plus tard, en 43, sous l'empereur Claudius. Avec des stratégies romaines, et l'établissement d'une base dans ce qui est aujourd'hui le comté de Kent, les Romains réussirent à conquérir les petites tribus Celtes divisées. Les Romains purent ensuite rester sur l'île pendant quasiment 400 ans. Progressivement, ils arrivèrent à romaniser une partie de la population plus riche à l'aide du commerce méditerranéen fait avec reste du monde Romain, de la Pax Romana et de cette relative prospérité. Pour faire face aux attaques des Pictes et Celtes du nord, de grands dispositifs de défense furent construit, dont le mur d'Hadrien et celui d'Antonin. À travers le sud de l'Angleterre, les Romains construisirent des routes, des villes et structurèrent une administration romaine. La religion chrétienne et son église, allaient plus tard, malgré le fait que la romanisation n'allait pas vraiment s'accomplir, réussir à donner une certaine influence aux Romains.

 

sml_gallery_52256_9_87028.jpg


L'empereur Honorius

 

La domination romaine sur l’île se termina en 410, avec une célèbre lettre écrite par l’empereur Honorius qui expliquait aux villes de l'ancienne Bretagne romaine qu'elles devaient maintenant se défendre elle-même. De nombreux peuples germaniques envahirent ensuite l'île, dont les Jutes, les Angles et les Saxons. Ces peuples allaient après une longue période d'instabilité et de conflit, se convertir à la religion chrétienne et créer la culture Anglo-Saxonne. Plusieurs petits royaumes anglo-saxons s'établirent à travers l’Angleterre, dont le Wessex, la Mercie et la Northumbrie.

 

L'invasion suivante fut celle des Vikings du Danemark et de Norvège qui vinrent à partir de 789 pour piller les côtes des îles et tenter de s'établir (Jorvik, Danelag) dans de nombreux territoires. Un roi célèbre de cette période fut Alfred le Grand de Wessex qui réussi à fortifier les côtes anglaises et repousser les Vikings à multiples reprises. Les périodes d'invasions et de troubles liés aux Vikings se terminèrent après l'an 1000, suite à la fin de la domination maritime de ce peuple et leur conversion au christianisme.

 

Cependant, la dernière invasion en date de l'Angleterre, et celle qui impacte toujours le pays en 1444, est liée au destin des Vikings. En effet, le viking Rollon avait, suite à un traité avec le roi de France Charles le Simple, reçut la Normandie en tant que fief héréditaire. Les Normands stabilisèrent le duché à partir de cette région côtière et le fortifièrent, créant l'un des plus puissants duchés de France. Ces mêmes Normands, menés par Guillaume le Conquérant envahirent le royaume d'Angleterre du roi Anglo-Saxon Harold Godwinson en 1066. Grâce à la victoire de Hastings la même année, Guillaume devint le roi d'Angleterre, tout en restant duc de Normandie et vassal du roi de France.

gallery_52256_9_30449.jpg


Guillaume le Conquérant

 


La noblesse normande domina ensuite, souvent en conflit avec les Anglo-Saxons, la scène politique anglaise pendant la période médiévale. Les rois de la dynastie Normande de Guillaume se succédèrent sur le trône, et suite au mariage entre la fille héritière Mathilde du roi Henri I avec Geoffroy Plantagenêt, et au mariage du fils de celui-ci (Henri II) avec la duchesse d'Aquitaine, les rois d'Angleterre allaient se retrouver à la tête d'un impressionnant domaine de territoires, appelé "l’empire Plantagenêt"

gallery_52256_9_26680.png


L'empire Plantagenêt

 

Les deux fils de Henri II perdirent petit à petit l’emprise sur les domaines français de l'empire face au plus en plus puissant roi de France Philippe Auguste. D'abord, l’aîné, le roi Richard Cœur de Lion s’engagea dans une croisade, laissant son frère Jean sans Terre s'occuper du royaume dans un très mauvais état. Ensuite, Richard fut capturé sur son chemin retour, et ce qui força le royaume de payer une lourde rançon. Finalement, le roi de retour de sa capture fut tué par une arbalète en assiégeant un château dans le Limousin, laissant le royaume à son frère Jean, qui fut obligé de céder la Normandie au roi de France, et ensuite dut faire face à une guerre contre les barons à cause de sa politique impopulaire. Forcé de trouver un accord, Jean signa une « traité » qui devint la Magna Carta, véritable charte fondatrice du royaume, garantissant les libertés individuelles.

 

Ce n'est pas avant le début de la Guerre de Cent Ans pour le trône de France sous Édouard III que le royaume se réaffirma comme l'un des plus puissants ensembles de l'Europe. Édouard III était petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, mais il fut évincé du trône de France au profit de Philippe VI sous prétexte de la loi salique. Ce conflit, et celui de l'hommage pour l'Aquitaine qu’Édouard avait refusé et celui de la Flandre rebelle, débuta la première phase de la Guerre de Cents Ans. Grâce au soutien de son fils, le Prince Noir, et ses nombreuses chevauchés victorieuses, le roi d'Angleterre signa le traité de Brétigny après les victoires anglaises de Crécy et Poitiers :

sml_gallery_52256_9_222167.pnggallery_52256_9_1908.jpg
Les premières phases de la Guerre de Cents Ans La France après le traité de Brétigny

 

Le roi Charles V de France arrivera cependant à renverser la situation, et entreprendre des reconquêtes du territoire perdu suite à la paix de Brétigny. Cependant, son fils Charles VI de France avait seulement 12 ans à la mort du roi, ce qui imposa une régence dont les oncles du nouveau roi prirent le contrôle. À cause des nombreux troubles et révoltes qui marquèrent alors le royaume d'Angleterre de Richard II, puis sa destitution et le couronnement de son cousin Henri IV de Lancastre, l'Angleterre n'arrivera pas à exploiter la situation. La folie de Charles VI et la guerre civile entre les armagnacs et bourguignons en France permettent cependant au roi Henri V de s'imposer lors de la bataille d'Azincourt, et d'être nommé héritier du royaume au traité de Troyes, en déshéritant le dauphin Charles. Suite à sa mort, son fils devient le roi d'Angleterre à l'âge de 9 mois.

 

gallery_52256_9_7725.jpg sml_gallery_52256_9_130746.png
Reconquête de Charles V La situation après le Traité de Troyes

 

Petit à petit, les Français arrivèrent à reprendre les terres en rompant le siège d'Orléans où le dauphin Charles bénéficie d'un aide inattendu de Jeanne d'Arc, une pucelle dévouée à la case du roi. Les victoires françaises enchaînent et permettent au roi de France Charles VII de se couronner à Reims, puis de conclure la trêve de Tours en 1444 avec l'Angleterre.

 


 

Voici l'introduction. Il y a eu un petit problème technique, mais j’espère que c'est maintenant la bonne version de l'introduction!



0 Commentaire


Recommended Comments

Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.