Concours Mini AAR 2015

  • billets
    7
  • commentaires
    34
  • vues
    3 478

Contributeurs à ce blog

À propos de ce blog

Blog pour le Concours Mini AAR 2015

Billets dans ce blog

Squoil

Notre histoire commence en 880 de l'an de grâce, le 10 octobre exactement, alors que notre bon duc Konrad Ier dirigeait encore la Champagne et la Bourgogne et que Franksois n'avait que 6 ans. Si notre duc était surnommé le Fanatique de son vivant, c'était pour sa folie, son zèle, son savoir du maniement de la lame et sa cruauté même si il avait d'autres qualités, les histoires ont retenu ses dernières. Revenons en à notre sujet, Konrad était sur le front avec d'autres vassaux de Louis II le Bègue. En effet, le seigneur du Bar s'étant rebellé, le Roy avait fait appel aux meilleurs commandants de France, les meilleurs de l'Empire même. Le révolte n'a pas durée bien longtemps : Konrad I et son cousin Hugo, le duc d'Anjou, avaient mit en déroute les Barrois dès les premiers mois de la rébellion et puis Konrad et son ost personnel achevèrent les alliés des Barrois, les Toscans, juste après que ceux-ci soient sorti des Alpes. Ce fut une guerre facile pour notre bon Konrad.

 


med_gallery_57123_95_1007195.pngmed_gallery_57123_95_900744.png


Après son entrée victorieuse à Troyes, capitale du duché de Champagne et de Bourgogne, Konrad reprit les rênes du duché. Notre duc avait un plan dans la tête, il l'avait confectionné avant de devenir fou, il avait tout consigné dans de petits carnets et un beau jour, quelques jours après son entrée à Troyes, il les retrouva. Il devait garder le contrôle de son petit royaume qu'il avait mis plus de 10 ans à former : son idée était d'instaurer une nouvelle loi de succession, son aîné devait hérité ou son bâtard dans le pire des cas. Cette réforme ne saurait sûrement au goût de tout le monde, alors il assassina les plus réticents et soudoya plusieurs évêques pour éviter un hypothétique soulèvement. Le neuvième jour de mai 881, la succession par primogéniture fut instauré dans le duché, beaucoup était partagé mais notre duc avait évité le pire.

 

 

gallery_57123_95_278925.png

 


Maintenant que Konrad était sûr que son fils acquérait tout l'héritage. Il fut temps pour notre duc de fiancer son gosse et pour cela qui de mieux que la princesse de France, Perinne de la dynastie carolingienne. Le Roy, bien qu'un peu déçu de ne pouvoir élever l'héritier du duché, accepta sans sourciller.

 


gallery_57123_95_453339.png

 


Pour Konrad, l'éducation de Franksois devait être parfaite, Franksois devait être lui mais en mieux. Très tôt, la religion prit une place importante dans la vie de Franksois, il aimait lire, apprendre mais l'héritier se posait toujours la même question : qui étaient les païens ? Un soir, Konrad lui répondit qu'ils étaient comme tous les seigneurs de l'Empire, des hommes, mais qu'ils étaient des ennemis du fait de leurs rites tribaux et de leurs dieux multiples. Comme pour appuyer ses propos, le lendemain, le duché de Champagne et de Bourgogne déclara la guerre au seigneur nordique qui détenait Nantes. Le 20 août, l'évêque de Langres à la tête de l'ost de Konrad fort de 3 200 hommes engaga les premiers combats avec les païens nantais. Il n'y eu aucun survivant du côté nordique et Nantes fut conquise après un siège de 6 mois après que l'ost de Konrad eu reçu les renforts parisiens. Les païens chassés, le duc accorda le comté de Nantes à son demi-frère Rudolf, maréchal du duché.

 


gallery_57123_95_229243.pngmed_gallery_57123_95_583211.png

 


Pour fêter la victoire, Konrad et sa cour commencèrent les préparatifs d'un grand festival d'été. Plusieurs troubadours et jongleurs célèbres furent invités mais ce pourquoi les nobles gardèrent le festival de Troyes dans leur esprit fut la déclaration de l'évêque Walther. En plein milieu des festivités, il clama haut et fort que le peuple et les seigneurs de Champagne devaient se convertir à l'hérésie vaudoise (l'arrivée des vaudois 400 ans avant l'heure XD). La garde ducale n'attendit pas la fin de son discours pour emprisonner l'hérétique dans les geôles de Troyes. Konrad avait eu tort de placer son second fils sous la tutelle de cet homme.

 

Après la fin du festival, Konrad fit libérer l'évêque Walther de prison mais ce dernier n'en sortit pas indemne : Konrad, pour éviter qu'il recommence ses discours, ordonna qu'on aveugle l'hérétique et lui retira la garde d'Adrianos, second enfant de Konrad. Quelques jours après cela, le duc demanda à son demi-frère Rudofl d'être le tuteur de l'enfant même si les relations étaient tendu entre celui-ci et Konrad, elles s’apaisaient au fur et à mesure des jours.

 


gallery_57123_95_50409.png

 

 


Alors que Franksois devenait de plus en plus ambitieux, concoctait de grand projet pour le duché et apprenait à manier l'épée, un messager arriva à la cour de Konrad : le roi Ludwig III d'Italie l'invitait à assister, lui et sa femme, à la cérémonie de couronnement. Selon des courtiers, Konrad aurait affirmer que le roi essayait de se faire des amis aussi puissants que lui mais ce qui est sûr, c'est que Konrad répondit favorablement à la lettre de Ludwig III, l'Allemand qui gouvernait la Lombardie. Lors du banquet du couronnement, un ''petit'' incident éclata : le duc Hugo d'Anjou, cousin de Konrad, se fit insulter par Eudes Capet. Un duel s'imposa donc. Le combat était beau et plein de grâce jusqu'à ce que le Welf assène un coup fatal au capétien. Le couronnement se termina quelques jours après.

 


gallery_57123_95_209304.pngmed_gallery_57123_95_133863.png

 


Fin 887, Konrad apprend que son quatrième enfant va bientôt naître. Un banquet digne des plus hautes sphères fut organisé, le duc prit soin d'inviter des personnes qu'il connaissait bien pour éviter de répéter le fiasco du festival de Troyes et ne pas gâcher la cérémonie. Konrad mit le paquet : musiciens, cracheurs de feu, nourriture exotique... il dépensa sans compter. Le banquet se passa à merveille. Le 28 juillet 888, Rudolf naquit.

 

Deux semaines après une révolte qui coûta la vie à 1 850 hommes, Franksois, l'héritier de Konrad, atteignit l'âge de 16 ans. Ce fut l'heure pour le Roy de donner sa fille à Franksois Welf. Konrad I 'le Fanatique' pouvait enfin mourir en paix après de longues années de règne mais le duc n'allait pas déposer le bilan pour autant, ce mariage forgea une alliance et Konrad dû y répondre rapidement : le Roy d'Aquitaine et frère de Perinne, Aldebert, appela le grand duc à l'aide : 7 000 hommes se révoltait et le Roy d'Aquitaine, ou son régent du moins, craignait que ce nombre ne s’élève. Le 3 janvier 891, les troupes ducales appuyées par un détachement du Roy d'Aquitaine engagèrent les révoltés. La bataille se déroulait pour le mieux du côté royal, les rebelles étaient presque en déroute quand un ost de 8 000 hommes rejoignit les troupes ducales et royales, éliminant et capturant les derniers rebelles. Cependant la guerre ne fut pas terminée, quelques bastions résistaient encore à l'autorité supérieure. Cela ne dura pas longtemps, une fois Clermont et quelques autres villes capturés, la fin de la rébellion approchait à grands pas. La révolte se termina le 29 juin, laissant enfin la possibilité aux troupes ducales de remettre de l'ordre aux alentours de Mâcon, encore sujets à des révoltes.

 


gallery_57123_95_259319.pnggallery_57123_95_233344.png

 


Les violences autour de Mâcon cessèrent en 892, l'instigateur de celles-ci, le comte de Mâcon lui-même, fut emprisonné. Dans le même temps, Adrianos, le fils bâtard de Konrad, atteignit la majorité. Dès que son mariage avec Paterna de Cantabria, illustre dynastie ibérique, fut terminé et que Paterna eut rejoint la cour ducale, Konrad le nomma commandant de Champagne et accordant par la même occasion de petits domaines à Franksois.

 


gallery_57123_95_195963.pngmed_gallery_57123_95_1449664.png

 


Mais à peine la révolte eusse été terminée que l'empereur carolingien déclara la guerre aux musulmans espagnols. Le second fils de Konrad partit donc faire ses preuves contre les infidèles accompagné par 5 000 soldats champenois. Il assiégea Saragosse, Tortosa et défit 3 000 musulmans mais ses victoires en Espagne s'arrêtèrent là. Le Roy de France, suzerain de Konrad et d'Adrianos, prenait les armes contre l'empereur afin d'en introniser un nouveau, le duc de Champagne et ses fils devaient l'aider. Adrianos remonta la France et captura Besançon puis il rejoignit son père à Verdun. Ensemble, ils allèrent à Liège et devaient rejoindre Cologne. ''Devaient'' car le règne de Konrad toucha à sa fin. Konrad, duc de Champagne, de Bourgogne, de Neustrie et d'Alençon, commandant et grand aumônier du royaume de France, mourut à Lièges le 14 novembre 896, laissant à Franksois les rênes du grand duché.

 


med_gallery_57123_95_939741.png


med_gallery_57123_95_1236075.png


Le duché de Champagne un an avant la mort de Konrad

 

 

---

 


Voilà un minuscule AAR de dernière minute sur CKII +. C'est mon tout premier, j'ai conscience que c'est pas parfait mais il faut bien commencer un jour.

Drawar

Un voyage vers Xulima

Voilà, j'en profite pour faire une petite AAR sur Lords of Xulima et le présenter sommairement par la même occasion.

 

 

Rodinia était dévastée par la guerre entre les deux grands royaumes du continent, bien que le calme régnait encore sur la petite île de Brina, ce n'était qu'une question de temps pour que les conflits y arrivent devant l'inaction des Dieux, malgré les supplications des mortels. Jusqu'au jour où je reçu l'appel de l'un d'eux dans un rêve qui me semblait plus que réel.

 

gallery_52670_3_28349.jpg

 

Golot le grand architecte me dit qu'il m'avait choisi comme héraut pour ramener l'ordre dans ce bas monde. Pourquoi moi, je ne le sais pas, mais comment est-ce que je pourrais comprendre un dieu ou même m'opposer à son choix? De toute manière, il n'y a guère d'autre option, sinon d'attendre que la guerre arrive dans ce coin perdue tôt ou tard.
Pour accomplir la volonté de Golot, je devais faire route vers la mythique terre de Xulima. Je ne pourrais pas accomplir cette lourde tâche seul, avant de prendre la mer, je devais me constituer une équipe.

 

gallery_52670_3_172516.jpg

 

Je savais déjà qui était le premier candidat idéal. Mon vieil ami Marcus n'est pas toujours facile à vivre, surtout quand il boit un peu trop, ce qui est assez fréquent dernièrement, encore plus qu'à l'habitude. La grande guerre l'a désabusé, il était las de tous ces morts et toute cette dévastation sans fin. Mais il me devait bien une faveur vu que je lui ai évité de finir la tête tranchée sur un billot pour désertion, en plus de l'avoir amené en lieu sûr. Dans le pire des cas, je le soulerai assez pour l’amener de forces dans mon navire, de solides cordes devraient être capable de contenir sa furie digne de Valvet tout en lui permettant de dégriser.

 

La seconde candidate est aussi une veille connaissance ayant le don particulier de pouvoir invoquer des hérauts des Dieux, un talent que peu de gens possède, mais bien utile, très utile. Je ne sais pas combien de fois que ses invocations m'ont sorti de bien mauvaises situations et ça surprend toujours ses adversaires. Enfin, après toutes ces années, ça seraient quand même bien qu'elle arrête de me séduire, elle est plus têtue qu'un âne, même si j'admets qu'elle est une véritable bête au lit...

 

Quand Neëlle est là, sa sœur Nysia n'est jamais loin pour le meilleur ou le pire, enfin, surtout le pire s'il s'agit de garçons... Heureusement, elles sont assez matures, la plus part du temps, pour ne pas se chamailler en usant de leurs pouvoirs. Nysia aussi à des dons magiques bien que différent, ils seront également indispensables pour l'aventure qui s'annonce.

 

Un matin un inconnu m'a accosté sans même me dire bonjour ou se présenter. Directement, il m'a dit qu'il devait faire partie du voyage. Je n'ai même pas eu le temps de réfléchir au comment il était au courant ou de dire quel voyage qu'il rajouta que c'était Febret qui l'envoyait. Je l'aurais bien pris pour un fou avant, mais j'étais bien dans la même situation. Après les présentations et avoir fait un peu connaissance, j'ai bien vu qu'il semblait parfaitement sincère et tout groupe qui se respecte à besoin d'un clerc dans ses rangs.

 

L'équipe enfin réunie, je n'ai pas perdu de temps pour mettre le cap sur la mythique Xulima. Il ne fallut par très longtemps pour découvrir une intruse , enfin, pas vraiment découvrir, vu qu'elle est sortie elle-même en me disant :"Je t'ai manqué Gaulen?". Avant même que je dise :" Tu t'es encore foutu dans le trouble, Inastasia!", elle réplique en disant que ce n'est pas ce que je pense... Encore une histoire d'un mystérieux objet s'étant glissé comme par ma magie dans ses poches, j'imagine...
Bien des jours après, la brume devenait de plus en plus épaisses, je n'avais pas d'autre choix que me laisser guider par les vents et courants en me remettant à la merci des Dieux.
Après d'interminable journée, le brouillard s'est dissipé et une terre inconnue était visible à l'horizon.

 

gallery_52670_3_118072.jpg

 

Inastasia fut la première à se précipiter sur la terre ferme, bien qu'elle a l'habitude de fuir par la mer, elle préfère nettement avec un sol stable sous ses pieds. Sans doute aussi car elle se dit qu'il doit y avoir pleins de trésors qui n'attentent qu'elle dans cet endroit inconnu.
Hélas pour elle, je fus le premier à trouver quelque de chose de brillant sous mes pieds. Quand je touche à peine la chose de ma main pour voir ce que c'est, une puissante énergie me traverse tout le corps. Une fois mes esprits retrouvés, je remarque un mystérieux talisman autour de mon cou. Ne sachant pas ce que c'était, je tenta de l'enlever, mais je sentis alors ma force vitale me quitter par la même occasion, il était sans doute plus sage de le garder en attendant. Puis, soudain, il s'anima.

 

gallery_52670_3_193359.jpg

 

Je ne pouvais plus douter. Ce n'était vraiment pas un rêve. Golot m'a véritablement choisi. Ce présent sera sans doute bien utile dans ce monde dont j'ignore tout. Mise à part Marcus qui pestait toujours que je l'ai soulé pour l'embarquer contre sa volonté, mes autres compagnons étaient fascinés à leur façon par le mystérieux artéfact, enfin, ce n'est guère surprenant pour Inastasia qui l'est toujours quand ça brille... On n'avait pas de temps à perdre, nous faisons donc route vers l'inconnu.

 

Déjà on commence à s'inquiéter quand nous trouvons non loin du rivage un squelette gisant au sol où Inastasia, qui ne connait pas la pudeur, ne se gênent pas pour fouiller l'endroit. Madrik est visiblement offusqué de ce manque de respect, mais il se retient et fait une prière pour le défunt. Une chose certaine, il n'a pas été attaqué par des voleurs, vu que notre voleuse a trouvé une bourse bien remplie.

 

Nous continuons notre route sur cette riche terre où la végétation semble prospérer. cela nous permet de refaire un peu nos réserves de nourriture, le voyage fut plus long que je l'aurais pensé. Je repérè également plusieurs plantes familière qui pourrait nous servir.
Au loin, nous voyons des bâtiments émerger de la forêt, chacun à sa petite théorie. Nous arrivons finalement à l'entrée d'une ville et plusieurs sont déçus de ne voir qu'un simple humain très peu accueillant.

 

gallery_52670_3_19807.jpg

 

Nous décidons donc de contourner l'endroit, de toute manière, nous de disposions pas la somme requise, même si Marcus aurait bien aimé leur cassé la gueule, mais cela n'était guère prudent. Nous continuons donc notre exploration vers l'est et nous tombons dur des créatures hostiles peut-être celles responsable du mort de la plage, on ne peut pas en être sûr, mais il est certain qu'elles ne sont pas bienveillante.

 

gallery_52670_3_235667.jpg

 

Quelques coups viennent à bout des créatures sans grande difficulté. Enfin, Madrik a reçu un vilain coup de lance lui faisant une blessure mineure, mais ça passera avec le temps. Après ce combat, nous ajustons notre groupe.

 

gallery_52670_3_80748.jpg

 

Enfin, je devrais tenir le centre avec Marcus, mais Neëlle jalouse comme elle est ne supporte pas que je traine à côté des autres femmes et Inastasia semble avoir le béguin pour Madrik, j'aurais peut-être dû emmener des gens plus professionnels... Enfin, ce sont des choses qui devrait s'arranger avec le temps... Espérons-le...
Notre exploration nous révèle qu'il n'y a pas d'autres passages, nous allons devoir payer ce tribut à ce sale type, une chance que cette forêt recelait des richesses.

 

Nous pénétrons dans la ville et nous y trouvons des habitants bien plus accueillant que les gardes qui nous apprirent bien des choses sur Xulima.

 

gallery_52670_3_250276.jpg

 

Voilà que quatre princes hérétiques se partagent Xulima, ce n'est vraiment pas très encourageant, combattre quelques bandits, mais des grands seigneurs, ça sera tout un défi, mais je n'ai pas fait tout ce voyage pour fuir comme un lâche. Continuant mes discutions, je tombe sur l'une des rares prêtresse des Dieux encore libres qui est protégé par une puissance magie à ce qu'il parait, assez pour que les gardes la laissent en paix.

 

gallery_52670_3_281404.jpg

 

Elle m'apprend entre-autre que les dieux avaient de nouveaux projets pour un monde meilleur, mais que le dieu Yûl s'y opposa déclenchant la guerre contre les huit autres divinités. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, Yûl peut tenir tête à ses confrères et semble même plus puissant, potentiellement car il se nourrirait des âmes du crépuscules. Quel est ce projet, pourquoi Yûl s'y oppose en usant de sombres méthodes et que Golot ne ma rien dit à ce sujet? Que de mystères qui devront être éclaircis, je n'aime pas être un pion.

 

Nous quittons l'endroit vers l'est à la recherche d'une cavernes aux rats pour retrouver un annaux perdu, il faut bien trouver un moyen de se financer en attendant d'en savoir plus. Non, loin de la sortie où des gardes sont toujours désagréables, nous apercevons une étrange structure en pierre et deux créatures hostiles. Nous passons à l'attaque.

 

Inastasia est la première se lancer.

 

gallery_52670_3_283154.jpg

 

Mais dans ça précipitation, elle sous-estime son adversaire et rate son coup.
- Pitoyable petit voleuse, regarde comment on apprend le respect aux autres.
Nysia projette une boule de feu contre la créature qui hurle de douleurs, même si elle peut en supporter bien plus.
- Gaulen, pas plus qu'une petite égratignure, il va encore falloir te sortir du pétrin, dit Nysia.
- Je n'ai pas besoin d'aide crie-je, tout en esquivant l'attaque de mon adversaire.
- Nemona vient à moi, dit Neëlle, les soins arrivent et les factures seront livrées plus tard.

 

gallery_52670_3_176726.jpg

 

Madrik aurait bien protester étant lui-même un soigneur, mais la créature lui sauta dessus le blessant grièvement. Un peu plus et il aurait perdu conscience, mais il lui resta assez force pour faire une prière et soigner légèrement tout en continuant à se vider se son sang.
Marcus vint à son secours en frappant violemment l'ennemi.
- Pour un disciple de Febret, ton esquive est nul Madrik, dit Inastasia tout transperçant l'Askary de sa lame.
Madrik ne dit pas mot et retrouve des forces supplémentaires grâce à un soin de Nemona.
- Et que le feu continue!
- Madrik, je me charge du gros et toi occupe-toi du petit ou reste en vie au moins, dis-je.
- Voilà petit comment évite de se faire égorger par des méchants, dit Marcus avec un ton condescendant.
gallery_52670_3_82937.jpg

 

Après quelques coups supplémentaires, Nysia achève d'un coût de bâton le plus gros et Marcus décapite le petit.

 

gallery_52670_3_273605.jpg

 

En m'approchant de la structure, il s'active, mais rien d'autres ne se passe, sans doute faut-il en trouver d'autres. Pendant que je l’inspecte, Inastasia désarme le coffre tout près et utilise ses talents de crochetage pour l'ouvrir, même si son impatience habituelle a cassé l'un des crochets.

 

gallery_52670_3_226534.jpg

 


Voilà, je ne spoile pas plus le jeu. :wink:

Rhysaxiel

L'ultime fédération

Mini-AAR sur cette merveille qu'est The Last Federation des très créatifs développeurs de chez 'Arcen Games à qui l'on doit déjà le non moins merveilleux AI War. Si vous connaissez déjà The Last Federation, zappez jusqu'au paragraphe "La Ferme" qui est le vrai début de l'AAR.

 

The Last Federation
Un coup pareil, on ne l'avait pas vu venir, mais entre vous et moi, c'était mérité.

 

Nous étions les maîtres de ce système, "la ferme" comme on l'appelait, puisque l'on veillait dessus comme un berger veille sur son troupeau. Neuf planètes et autant de races présentes en nous incluant. Nous étions les seuls à maîtriser le vol spatial, et en bons tyrans, nous avons tout fait pour ruiner les efforts de nos protégés : destructions d'infrastructures, enlèvements, sabotages voire destructions directe de leurs satellites et autres fusées prototypes. "Les autres races sont trop jeunes, trop instables, trop immatures", disions-nous. Nous avions mis en place, par la force, une fédération dans laquelle nous étions les seuls maîtres et les autres races nos esclaves. Nous aurions pu prévoir que tôt ou tard, nous paierions cela très cher.

 

Les autres races se sont coordonnées, tant bien que mal, pour nous renverser, et le firent avec la manière. Les Evucks, ces paranos experts du coup de poignard dans le dos, ont commencé par assécher notre monde en envoyant en douce des sondes dont la totale furtivité nous a pris par surprise. Près de 40 millions des nôtres périrent au fil des années. Réduits à un petit millier d'individus, ce qui restait largement de quoi balayer n’importe lequel de nos ennemis, nous avons assemblé notre flotte, près à réduire en cendres la planète Evuck. C'était sans compter sur les Acutiens, ces robots industrieux et complètement dénués de sens moral, qui ont profité du chaos et de la fixette que nous faisions sur les Evucks pour dévier une de leurs lunes droit sur notre planète, la réduisant en poussière. Personne n'y a survécu.

 

Sauf moi. Ce qui m'a sauvé ? L'acte de haute trahison que j'allais commettre en apportant à une des races du système toutes les technologies, le savoir-faire et le matériel nécessaire pour aller dans l'espace. Ils auraient pu mettre en place la production de vaisseaux sur leur planète et provoquer un fait-accompli en devenant une force que mon peuple, n'aurait pu écraser intégralement. Les Skylaxiens m'ont fait prisonniers, mais ont sous-estimé ma force et mes capacités. Réduit à un seul individu, les Hydrals ne sont plus une menace, selon toute vraisemblance ?

 

Grave erreur.
Profitant de la baisse progressive de leur garde alors que je faisais profil bas pendant ma captivité, je me suis emparé de leur premier vaisseau-mère et me suis enfuit, passant au travers des lignes Skylaxiennes. Mon but ? Former une fédération durable, où personne ne domine et où tous coopèrent.

 

Dans The Last Federation, vous n'agissez pas directement comme dans un 4X traditionnel. Vous êtes plutôt un lobbyiste. Vous agissez en arrière plan, les gouvernements ont connaissance de votre existence et coopèrent avec vous, mettant à profit les capacités exceptionnelles du dernier des Hydral. Les peuples en revanche n'ont quasi aucune connaissance de ces tractations, vu le passif Hydral. Le but est donc d'influencer subtilement chaque race pour aboutir in fine à la formation d'une fédération englobant tout le système. Le hic ? Chaque race a son propre fonctionnement, son propre agenda et son propre comportement. Surtout, en l'absence de contrôle direct, il faut anticiper longtemps à l'avance la réaction de telle ou telle race si on veut éviter le bain de sang. Il est possible de former la fédération avec n'importe quel nombre de races, même une seule, mais les affinités de certaines races font qu'il est difficile de faire rentrer tout le monde sans un effort colossal de diplomatie. Et cela sans compter les pirates ou les militants anti-fédération une fois celle-ci formée. Ce mini-AAR est un début de partie sur le jeu et ne fait qu'effleurer très rapidement sa richesse et sa complexité. Bonne lecture !

 

Prélude : La Ferme
C'est ainsi que l'on appelait le système parmi les Hydrals. La présence de neuf races sur neuf planètes différentes n'a évidemment rien de naturel. Ce système était en quelque sorte un laboratoire d'expérimentations. Par définition, mon influence (la colombe) est négative dans chaque système. Hormis les Skylaxiens sur Castor qui ont acquis la capacité d'aller dans l'espace, les autres races sont encore bloquées sur leurs planètes, le temps indiqué à côté de l'icône planète donnant le temps de jeu au bout duquel ils pourront s'élever par eux-mêmes (je peux leur apporter la technologie plus tôt).
gallery_7412_91_176256.jpg
(La carte stratégique. Quand une race dispose de la capacité de vol spatial, le chronomètre est remplacé par des informations militaires, démographiques et économiques, tout ceci influençant le comportement de la planète. Castor dispose ainsi de
- 3 armadas totalisant 60 points de force spatiale, de 388 millions de force au sol,
- j'ai -40 d'influence envers eux, la planète a une habitabilité de 3 (1 est la moyenne, chaque race a ses affinités) et une population de 185 millions d'individus
- un indice économique de -1, santé publique de 3, environnemental de 4 et ordre public de -17)

 

- Vidar (Andor) : les bisounours du système. Les Andors sont une race androïde rêvant de moutons électriques, fondamentalement pacifistes, utopistes et bienfaisants, se refusant à conquérir une planète. Ils apprécieront toute action positive que j'entreprendrai dans le système. La planète est un véritable enfer, encore récemment battue par les astéroïdes et très près du soleil, à moitié inutilisable. Clairement inadaptée à des machines. Ils ont un parlement composés de partis avec un agenda précis (Pacifistes, Economistes, Criminologistes...) qui ont leurs priorités. La corruption est totalement inexistante.
- Bhima, mon ancienne planète, réduite en cendres.
- Clythia (Burlusts) : une planète désertique où prolifèrent les Burlusts. Cette espèce ultraviolente, instable, ne vit que de guerre des clans qu'elle tend à exporter dans tout le système. Des guerriers formidables qui ne jurent que par la force. Pour obtenir le respect, je devrai affronter leurs chefs en combats singuliers à mort, les corrompre ou les faire chanter.
- Fergus (Thoraxiens) : une géante gazeuse hypertonique disposant d'un massif noyau solide. Y habitent l'une des pires choses que l'univers abrite, les Thoraxians. Une espèce insectoïde intégralement conçue pour tuer et dont l'organisme évolue à un rythme effréné pour tuer encore plus efficacement. Cette race fonctionnant en ruche, ses individus n'ont pas de notion ed valeur de la vie, mais ne sont pas mauvais en soit. Ils se comportent néanmoins avec une violence supérieure encore à celle des Burlust et représentent les guerriers ultimes. Chaque planète abrite une reine dont l'humeur définit les actions qu'adopte la colonie. Difficile de satisfaire une telle race sans provoquer un cataclysme mais il est possible de la faire changer d'humeur par des dons.
- Connla (Boarines) : géante gazeuse de Gauss avec suffisamment de lunes en orbite pour former de nombreuses colonies. Les Boarines sont une espèce solitaire voire isolationniste, souvent de démographie réduite, mais vue comme sympathique par les autres races et aptes au combat. Ils peuvent ainsi convaincre une autre race de rejoindre ma fédération. Les Boarines ont des priorités sur leur planète, et aider à les réaliser les mettra de mon côté.
- Castor (Skylaxiens): géante gazeuse rassemblant en orbite un nombre incalculable de corps célestes pour certains habitables. Parfaite pour les Skylaxiens qui y vivent. C'est une race honorable à l'extrême (ils refusent de bombarder une planète depuis l'orbite), calme, toujours prête au dialogue et à convaincre les autres et versée dans les sciences. Un allié parfait, un ennemi implacable. Et c'est donc le vaisseau amiral de cette race que j'ai dérobé. Recoller les morceaux devrait être possible mais nécessitera du temps. Le Sénat qui les gouverne est un organe non partisan dont les membres, nommés pour quelques années, votent en leur âme et conscience. Ce conseil a des priorités que je peux tenter d'influencer en versant un tribut. Non, ce n'est pas de la corruption : l'argent est redistribué au peuple skylaxien. La planète abrite la Détresse, une construction mystérieuse rendant à moitié fou la population de la planète. C'est, au début, la seule race capable d'aller dans l'espace.
- Kumara (Evucks) : grande planète hyper dense, planète mère des Evucks dont l'organisme est pourtant complètement inadapté à ces conditions. Une race de paranos amoraux, versés dans les arts les plus fourbes et les plus immondes comme créer des épidémies et les apporter chez l'ennemi ou encore faire sauter leur propre planète si cela peut exterminer une autre race. D'une grande intelligence et comparable aux Skylaxiens dans leur dévotion scientifique. Leur conseil des anciens est composé de sept membres nommés à vie et vote lois et décisions. Ils sont très isolationnistes, et chaque intervention de ma part, même bénéfique, leur donnera l'impression que je me mêle trop de leurs affaires. Je dois donc agir sur le (très) long terme avec eux. La planète abrite l'Arche, un artefact étrange qui terraforme la planète progressivement et agit comme un multiplicateur démographique.
- Radha (Peltiens) : planète similaire à Kumara, où vivent les Peltians. Une race de chouettes poilues de l'espace, agraires et communiste (si si), fonctionnant selon un système de représentation dans lequel je dois obtenir des proxis (voix) en échange de mes services et faire passer les lois qui m'intéressent. A part le porte-parole du gouvernement, les Peltians sont totalement insensibles aux dons, leur société étant largement dépourvue de monnaie.
- Melete (Acutiens) : une naine gelée, inadaptée à l'autre espèce cybernétique du système, les Acutiens. Ultracapitalistes immoraux au possible. Toujours enclins à "acquérir" de nouvelles planètes. Chaque individu peut devenir soldat en un instant, ils sont donc extrêmement dangereux. Dirigés par un conseil regroupant les PDG des plus grands secteurs économiques de la planète, influençant les décisions qui peuvent être prises. Je peux financer le développement d'un secteur pour le faire entrer dans le conseil et bénéficier de ses actions. Capable d'expédier des lunes sur une planète, de déverser des déchets radioactifs et autres joyeusetés.

 

Skylaxiens, Acutiens, Andors
Les Acutiens sont sur le point de développer leurs propres technologies spatiales et ont requis un kit de terraformation pour améliorer les conditions de vie sur leur planète. Nous allons leur fournir tout cela et gagner un peu d'influence. Avec un peu de chance, il sera possible de développer des industries "inoffensives" (type arts, services public ou environnement) et limiter leurs capacités d'actions pour quelques années. Pour le moment, les PDG Science, Commerce de détail et Utilité publique (qui inclus le déversement de produits toxiques...) sont au pouvoir. Dix neufs jours après mon évasion, j'apporte à ceux qui ont détruit ma planète natale la capacité de voyager dans l'espace, et treize mois plus tard, ils reçoivent leur kit de terraformation. J'en retire une belle quantité de crédits et d'influence. Je négocie immédiatement avec eux le partage de quelques-unes de leurs technologies avec les Skylaxiens et leur recommande fortement, avec quelques crédits, de coloniser leur lune, c'est "d'utilité publique". Les Acutiens sont fous, mais pas au point de balancer sur une planète ennemie une lune sur laquelle ils ont une colonie. Impossible, en revanche, de suggérer quoi que ce soit côté skylaxien, j'ai une influence négative et le Sénat refusera catégoriquement de me recevoir tant que je ne me serai pas fait pardonner. Pour cela, ou je convainc d'autres races de leur céder des technologies, d'ouvrir des routes commerciales, ou encore en convainquant une autre race de les flatter, ou je travaille directement pour eux.
Je comble léger retard technologique pratique sur les deux races en passant quelques mois à les étudier, et j'aide les Acutiens sur quelques recherches. J'ai l'intention de donner ces avancées sans contrepartie aux Skylaxiens. La Détresse sur la planète skylaxienne réduit très fortement leurs capacités de recherche et de production (-70%). Je dois absolument les aider à compenser cela. Je me présente avec un don, le livre de Caël, acheté au marché noir (mais 'faut pas le dire) et de nouvelles technologies. Cela aide, mais ne suffira pas à leur donner confiance en moi.

 

En 3002, une mission m'amène chez les Andor pacifistes, eux aussi désireux d'acquérir la capacité de s'élever dans l'espace. Je parviens à passer les différents postes d'écoute mis en place par les Skylaxiens et les Acutiens sans me faire repérer. Les races s'étant déjà élevées dans l'espace n'aime pas que les autres acquièrent cette capacité. Le parti actuellement majoritaire, les Ambassadeurs de Paix, offrent la possibilité de réduire les velléités guerrières d'un peuple, de signer une paix entre belligérents, de soutenir par des discours mon projet de fédération ou d'envoyer des forces de maintien de la paix sur une planète en proie à des troubles intérieurs. Plus généralement, les Andors sont excellents pour apaiser des relations tendues, contre des crédits pour financer les missions et de l'influence. Je m'en sers pour améliorer mes relations avec les Skylaxiens et leur transmet sans conditions toutes mes technologies. Ils sont d'un naturel très faible militairement et ont donc besoin de toute l'aide nécessaire. En échange de l'aide des Ambassadeurs, je me permets un discours devant leur parlement, vantant sans détour l'action du parti et propose une aide financière pour envoyer une mission de maintien de l'ordre sur chez les Skylaxiens. Ces derniers acceptent désormais de collaborer avec moi dans un nombre limité de domaines.

 

Mes informations indiquent que les Burlusts sont en mesure d'acquérir d'ici le 6e mois de l'année 3003 les technologies nécessaires au voyage spatial. En prévision, j'ai aidé les Andors à rechercher une technologie d'armement spatial avant de la distribuer aux autres races. Je ne prévois pas d'élever les Burlusts, le coût en influence en cas de découverte par d'autre races est absolument colossal - on parle des gros bourrin du jeu, là. Les Evucks me contactent également pour obtenir des kits de terraformation et offrent un bon prix pour cela.

 

Les Burlusts entrent en scène.
Les Burlusts acquièrent la technologie spatiale par leurs propres moyens. Deux conséquences immédiates se font sentir : des pirates Burlusts construisent leur propre station et la "haine burlust" se répand : si une race voit positivement les Burlusts, elle va peu à peu détester les races que les Burlusts détestent. Un développement très dangereux, d'autant plus qu'ils détestent à peu près tout le monde. Une seule solution s'imposte : gagner suffisamment de respect auprès d'eux pour pouvoir canaliser leur soif de combats dans les zones qui m'arrangent. Pour cela, une seule possibilité : défier un des seigneurs de guerres. C'est ainsi que débute un duel à mort avec Turheg.

 

gallery_7412_91_187788.jpg

 

Les combats se déroulent en tours simultanés et ressemblent à la fois à de la tactique en tour par tour et à un shoot-them-up à tendance bullet hell. Mon vaisseau dispose d'armes et de capacités offensives et défensives, à moi de manœuvrer, de gérer l'énergie du vaisseau entre armes, boucliers et propulsion au mieu et d'user de mes capacités de manière optimale. Pour ce combat à mort, je n'ai le droit qu'à mes seules armes et j'affronte un seul vaisseau.

 

gallery_7412_91_47246.jpg

 

Le combat est long mais ne s'avère pas difficile : mon vaisseau est infiniment plus manœuvrable que le vaisseau burlust, me permettant de lui tourner autour tout en esquivant ses tirs et en l'arrosant copieusement. Comme un boss de SHMUP, ses tirs forment des motifs variés qu'il faut apprendre à lire et à esquiver pour ne pas finir en petits morceaux. Les Burlusts savent désormais que je ne suis pas un amateur. Le problème, c'est qu'à la mort de leur seigneur de guerre, ils entrent dans un état de panique et décident... D'attaquer les Skylaxiens, envoyant toute leur armada sur Castor pour soulager leurs nerfs. Autre conséquence, dans cette situation, aucune diplomatie n'est possible, les chefs se mettant copieusement sur la tronche. Oups.

 

gallery_7412_91_232835.jpg
(Castor est attaquée par une flotte infiniment plus puissante que la flotte Skylaxienne !)

 

A moi de rattraper cet erreur. Je me déplace immédiatement à Castor pour aider les Skylaxiens. Je peux brûler un peu d'influence acquise avec les Burlusts. Deux options s'offrent à moi : attaquer les armadas Burlust en orbite et/ou offrir un soutien au sol aux Skylaxiens pour repousser les envahisseurs. Dans un premier temps, je me lance contre leurs armadas, espérant leur briser les reins et réduire drastiquement la force de leur prochaine invasion. L'opération est un succès : les armada skylaxiennes et burlusts sont détruites, à ceci près qu'il n'y avait qu'une armada skylaxienne contre quatre burlust, d'une puissance plus élevée. Un tel résultat devrait éviter toute représailles inutiles contre les Burlusts, que les Skylaxiens ne peuvent raisonnablement pas vaincre au sol. Une petite mission de soutien plus tard, et la force d'invasion Burlust est exterminée. J'ai pu récupérer un pilote skylaxien qui est retourné sain et sauf. S'agissant des prisonniers Burlusts, je ne sais encore quoi en faire.

 

Peltiens et Boarines

 

Dans le 16e mois de 3003, les Peltiens reçoivent mon aide pour s'élever à leur tour, ce qui me rapporte crédits et proxies. Je manque de peu de me faire repérer par une sonde burlust (ces missions sont de plus en plus difficiles). Je négocie l'ouverture d'une route commerciale entre Peltians et Acutiens, la colonisation d'une de leurs lunes et la publication d'une déclaration favorable aux Skylaxiens. Le but est de solidifer les relations entre Andors, Acutiens, Skylaxiens et Peltiens tout en travaillant à calmer les Burlusts et à réparer les dommages causés par la mort de leur chef de guerre. Cela m'ouvre enfin les portes du Sénat skylaxien.

 

Au 18e mois de 3004, les Boarines me contactent. Une activité de vaisseaux militaires dans leur atmosphère fournit l'opportunité de les doter de la capacité à aller dans l'espace. Il a suffit d'endommager gravement un vaisseau burlust pour que celui-ci s'écrase sur la planète boarine. De mon côté, j'en retire crédit et influence. Et une race susceptible de réconcilier deux races ennemies, les Boarines étant d'excellents intermédiaires, quand ils sont d'humeur. Le gouverneur actuel, Spécimen 3000, a un agenda centré sur l'unité du système, il est donc tout à fait favorable à ma fédération, à condition que je gagne sa confiance. Cela devrait aussi limiter les velléités d'expansion de la race. Un don massif de technologies pour combler le retard affligeant de cette race en fait très vite un partenaire, mais les relations entre les Boarines et les autres races ne sont pas au beau fixe, il faut absolument y remédier avant d'espérer unifier le système.

 

gallery_7412_91_131627.jpg
(Relations diplomatiques, avec un aperçu des tronches de chaque race. S'il n'y a pas de trait entre deux races, les relations sont à 0. Gris, elles sont neutres, c'est-à-dire autour de 0. Rouges, elles sont mauvaises, Bleues, elles sont bonnes. L'intensité de la couleur détermine à quel point elles sont bonnes ou mauvaises. Comparez par exemple moi=>Acutiens et Skylaxien=>Andor. Les relations sont à double sens, on peut détester quelqu'un qui nous aime.)

 

En 3005, la furie burlust cesse, ramenant automatiquement la paix. Je profite du calme pour favoriser l'ouverture de plusieurs routes commerciales et l'échange de technologies pour lier les races entre elles. Chez les Andors, j'essaie de favoriser le parti Economiste pour l'aider à développer la colonie boarine. Son leader, obnubilé par l'unité du système, en néglige sa planète. Les élections chez les Andors n'auront lieu qu'en 3009. Les relations diplomatiques se stabilisent, seuls les Burlusts et dans une moindre mesure les Boarines restent hostiles à plusieurs races. Le problème n'est plus tellement là, mais dans le fait que la prochaine race à s'élever n'est autre que les infâmes Thoraxiens.

 

L'horreur a un nom.
En 3007, un vaisseau peltien en pleine exploration s'est écrasé sur la planète thoraxienne, leur permettant de concevoir leur propre vaisseau. Je ne suis pas étranger à cet événements, qui me valent quelques crédits et surtout un début d'influence sur la reine thoraxienne. Et heureusement, car elle est d'humeur guerrière, et les Thoraxiens ne jurent dans ce cas que par l'expansion. Les Andors sont immédiatement appelés à la rescousse pour freiner la production militaire thoraxienne tandis que je pars à la recherche d'objets susceptibles d'apaiser la reine et surtout de la faire changer d'humeur. Elle affectionne tout particulièrement les marmottes de cirque et les chèvres rares. Il paraît que c'est très bon cru.

 

gallery_7412_91_302409.jpg
(Ah, les thoraxiens. Ils détestent tout le monde, tout le monde les déteste, et ils sont d'humeur guerrière. Tout va bien. Notez qu'il est tout à fait possible de s'en faire des alliés. C'est très compliqué, mais dans ce cas, la fédération a un véritable rouleau compresseur et un argument de poids.)

 

Les Evucks demandent de nouveau un kit de terraformation pour améliorer un peu plus leur planète, que je m'empresse de leur apporter. Ils ne seront pas en mesure de construire des vaisseaux spatiaux avant de longues années, ce qui n'est pas plus mal étant donné leur côté instable et foncièrement mauvais quand laissés en liberté. Les Thoraxiens et les Burlusts posent déjà assez de problèmes. Il semble par ailleurs que les Burlusts ne se soient pas remis de leur lourde défaite face aux Skylaxiens et à mon propre vaisseau, car ils n'ont pas reconstruits de flotte depuis. Avec les Thoraxiens à côté, c'est dangereux. Je m'empresse donc de les convaincre de se militariser. A moi de faire en sorte que cela reste à un niveau raisonnable.

 

Les Boarines, échaudés par l'arrivée des Thoraxiens, sont désormais concernés par des questions de défense, ce qui inclus entre autre le développement de colonies lunaires, dont l'extraction de minerai permet ensuite le commerce. Les Peltians, la seule race à réellement bien s'entendre avec les Acutiens, s'activent à ma demande à les présenter sous un jour favorable, ce qui harmonise progressivement les relations. Les Burlusts eux-même finissent par se calmer, hormis contre les Thoraxiens qui détestent tout le monde, et les Evucks qui sont généralement craints. Je mets en place peu à peu des routes commerciales entre acutiens et thoraxiens, en espérant que l'amélioration progressive des relations entre ces deux races permettent une normalisation des relations avec les autres races... Avant que les Thoraxiens ne décident de bouffer le reste du système, moi inclus.

 

Entre les années 3010 et 3013, les Acutiens connaissent un désastre écologique suivi d'une catastrophe économique majeure, conduisant à l'émigration de masse d'Acutiens se mettant à la piraterie. Les Thoraxiens, sentant l'odeur du sang, renient tous leurs accords commerciaux et se jettent contre eux. Occupé à aider les Andors à développer la colonisation d'une lune chez ces mêmes Thoraxiens, je ne suis pas en mesure d'arriver à temps. Les Acutiens sont exterminés en quelques semaines à peine. Peu après, les Thoraxiens entrent en guerre contre les Burlusts qu'ils jugent faibles, donc à exterminer, mais leur premier assaut échoue.
J'entre immédiatement en contact avec des pirates acutiens pour monter une opération visant à reprendre leur planète mère. La première étape est une attaque surprise de ma part contre une armada thoraxienne, aboutissant à la destruction d'une trentaine de vaisseaux amiraux à l'issue d'un combat extrêmement serré et tactique, à 1 contre 30. L'écart technologique en ma faveur aide à obtenir de tels résultats, mais j'ai manqué de peu la destruction. Une réunion rapide avec les Skylaxiens, les Peltiens, les Andors et les Boarines aboutit à un accord sur une opération militaire contre les Thoraxiens dans les mois qui viennent, avec comme but de rétablir les Acutiens sur Melete en débarquant certains de leurs pirates combattants de la liberté.

 

gallery_7412_91_159728.jpg

 

La fédération n'est même pas formée que ses futures membres sont déjà menacés. Et ceci n'est que le début...

Mouchi

La fondation de BAARbade

J'ai réalisé cet AAR avec le jeu Anno 1701 sorti en 2006.

 

Je vous proposes de vous mettre dans l'ambiance avec la vidéo d'introduction du jeu.

 

C'est ainsi que Russell Crowe1, sujet de sa Majesté partit fondé BAARbade.
Voici ses mémoires.

 

"Terre! Terre en vue!"
Notre long voyage prit fin, nous allions enfin accoster sur une île et fonder une colonie.
screenshot0002-4dcf72c.jpg
Le navire d'exploration Neptune arrivant sur la plage
wide_anno_wall_pionier.jpg
Pionnier débarquant sur la plage

 

Les pionniers se mirent rapidement à l'œuvre.
Nous commençâmes à nous développer sur la côte.
Nous établîmes d'abord des camps de bûcherons afin de développer l'île.
Puis pour notre survie, il nous fallait de la nourriture.
Pour cela l'on fit des camps des chasses et des quais de pêcheurs.
screenshot0005-4dcf74f.jpg
Les premières installations de BAARbade

 

Une fois ces biens de toute première nécessité pourvus, les pionniers fondèrent réellement une ville.
Le centre-ville comporte des boutiques, des enclos, une fontaine et une statue.
Enfin nous avons bâti une chapelle pour remercier le Seigneur de ce qu'il nous apporte.
screenshot0007-4dcf769.jpg
Le centre-ville des pionniers

 

La ville se développa et de nouveaux colons arrivèrent pour peupler BAARbade.
Les premières maisons de bois cédèrent la place à des maisons à pan de bois.
Une école fut bâtie à côté de la chapelle.
screenshot0010-4dcf77d.jpg
Le centre-ville des colons

 

La vie ne fut pas rose pour les colons.
L'île était encore très sauvage, ceux qui s'aventuraient trop loin pouvait se retrouver face à face avec un grizzly
screenshot0008-4dcf783.jpg
Les grizzlys

 

D'autres quant à eux ne sont pas arrivé indemne jusqu'à l'île.
Ils furent rançonnés par des pirates.
screenshot0009-4dcf789.jpg
Un navire pirate

 

Enfin certains n'arrivèrent pas vivant jusqu'à nous
screenshot0006-4dcf791.jpg
Un navire échoué suite à une tempête

 

Malgré tout cela les colons affluèrent et BAARbade n'arrivait plus à subvenir à tous ces besoins.
Ainsi, nous avions décidé de coloniser une autre île : BahamAAR.
screenshot0011-4dcf797.jpg
Le comptoir de BahamAAR

 

Le Neptune après avoir acheminé des matériaux de construction de BAARbade à BahamAAR,
assure désormais le transport régulier des produits de BahamAAR vers BAARbade.
screenshot0012-4dcf79c.jpg
La route de commerce

 

BAARbade continuait de croître.
La chasse et la pêche ne suffisait plus à nourrir toute la population.
Nous avions décidé de produire de la nourriture sur BahamAAR.
screenshot0013-4dcf7a2.jpg
Des champs de blés, des moulins à farine et une boulangerie

 

La ville resplendissait comme jamais.
Les citoyens ont construit de plus belles maisons, pavé les rues et enfin bâti une Église.
screenshot0015-4dcf7a6.jpg
Le centre-ville des citoyens

 

La côte aussi a été développée.
Nous avons construit un chantier naval, et fortifié la côté avec des murs, des tours et un corps de garde.
screenshot0014-4dcf7ad.jpg
La côté aménagée

 

Avec le chantier naval, nous avons construit le Nautilus.
C'est désormais lui qui assura le transfert de marchandises avec la protection du Neptune et ses canons.
Les pirates ne nous font plus peur désormais, on coule même ceux qui osent s'en prendre à nous.
screenshot0018-4dcf7b2.jpg
Un combat contre les pirates

 

Je sens qu'il est temps que le Seigneur me rappelle.
Peut-être que là haut il y aura aussi des terres à explorer et gouverner.

 


1Ce n'est pas un hasard si j'ai choisi d'appeler le narrateur Russell Crowe. Ceux qui auront regardé la vidéo d'introduction se rendront compte que le narrateur, Marc Alfos, qui double également tout le jeu, doublait Russell Crowe.

Maraud

Andreas et l'île de Sucia

Je profite honteusement du AAR pour faire découvrir une série de jeux de rôle méconnu, la série Geneforge. Comme c'est un jeu de rôle, ne racontait que le début est nickel pour vous donner envie d'y jouer sans vous gâcher le plaisir de la découverte. (ou pas si je suis trop mauvais).

 

Dans un monde de magies et de mystères, une organisation nommée les Façonneurs dirige en secret de nombreuses îles pour y mener leurs expériences magiques, sans que les différents gouvernements soit au courant. Dans ce monde, ces magiciens ont découvert une nouvelle sorte de magie. Une magie leur permettant d'être l'égal des dieux. La magie de la vie. Une magie qui permet non pas de vivre plus longtemps ou de réanimer les morts comme la nécromancie. Non, mais bel et bien de créer des êtres vivants doués ou non d'intelligence et toutes au service des Façonneurs. Et ce monde est celui de:
1449237442-geneforge.png

 

Notre protagoniste s'appelle Andreas. Il n'est pas n'importe qui, c'est un membre de cette organisation. Il y a peu, il était encore un simple apprenti avec plusieurs autres de ses camarades, mais seul lui a survécu aux épreuves et réussit les tests des examens, la où tous ses camarades de classe sont morts dans d'atroces souffrances. Depuis Andreas peut s'enorgueillir d'être enfin un Façonneur, au dessus de la masse de sous êtres qui compose le reste de la planète.
Il connait désormais les secrets de la magie de la vie.
Étant un nouveau membre de l'organisation à part entière, il doit maintenant passer cinq ans a et à faire des recherches scientifiques sur la magie de la vie, sur une des îles contrôlé par les Façonneurs, afin de prouver qu'il est bien digne d'être un élu et d’œuvrer à l'avancement du contrôle du monde par les Façonneurs.

 

1449237348-andreas.png
(Andreas dans toute sa splendeur)

 

Il était partis depuis 1 semaine sur son Dragbateau (un dragon des mers modifié pour le transport individuel), lorsque qu'il vit à sa droite l'île Sucia. Une ile condamné, qui appartenait auparavant à l'organisation des Façonneurs mais où il est désormais punit de mort d'accoster depuis que les membres ont dut fuir en catastrophe l'île, il y a plus de 100 ans. Andreas ne sais pas ce qu'elle renferme comme secrets, la seule chose qu'il sait c'est que les survivants ont été exécutés pour garder le silence sur leurs échecs.
Mais cela n'expliqua pas le bateau étrange devant lui. Il n'appartenait pas à son organisation et était de nature inconnue. Aucun bateau étranger ne devrait être dans le secteur. Andreas envoya des signaux lumineux, leur ordonnant de partir, si les marins ne voulaient pas subir les représailles des agents (une branche secrète des Façonneurs, composé de non magiciens, experts dans le domaine des "accidents malheureux"). La seule chose qu'il fit fut de se tourner en direction de l’embarcation de Andreas.

 

1449237433-dragbateau.png
Et c'est la qu'une flèche se planta dans le cou du Dragbateau de Andreas! Morte, la créature commença à s'enfoncer dans les profondeurs de l'eau. Andreas eu juste eut le temps de leur lancer une boule de feu et voir leur bateau s'embraser avant de se jeter à l'eau et se précipiter vers le rivage le plus proche.

 

1449237340-arrivee-sur-le-rivage.png
Quand il réussit à regagner ce qui semblait être un ancien quai, Andreas savait que sa vie allait mal finir si il ne rejoignait pas son poste au plus vite! Il venait de débarquer sur l'île Sucia! Et l'organisation n'accorde aucune circonstances atténuante pour ceux bravant les interdits. Si ils découvrent qu'il est sur l'île, ce sont les Agents qui viendront l'aider à quitter l'île définitivement. Andreas devait vite trouver une embarcation pour quitter l'île.
Il regarda autours de lui. L'ancien dock semblait être bordé de falaise infranchissable. Bien entendu pas la moindre trace d'un bateau et Andreas n'avait pas suffisamment de matière magique pour créer ou transformer une créature en bateau. Il allait devoir aller dans l'intérieur de l'île. Peut être que les anciens Façonneurs locaux avaient oublié du matériel plus intéressant que les pots brisé autours du quai.

 

1449237373-arrive-sur-l-ile-sucia.png
(Le quai)
En longeant la côte il finit par atteindre un tunnel dans la falaise. Ça avait tout l'air d'être l'entrée d'une zone de transit de marchandise de l'organisation.

 

1449237477-entree-du-tunnel.png
(Tunnel dans la falaise)
Manifestement les anciens Façonneurs se sont enfuient en courant très vite avant de partir, en ravageant tout à moins que ce soit ce qu'ils fuyaient. Tout est brisé, les meubles était tous renversé et pour la plupart cassés. Andreas devait rapidement se trouver de quoi se défendre, toute ses affaires étant au fond de l'océan et ses vêtements était tous mouillés.

 

Au bout d'un moment, il trouva dans une des salle une substance magique qui permettrait soit disant de décupler la magie d'après la notice de recherche qui l'accompagnait qui était à côté. Il semblerait que c'était un produit qui était en cours de recherche sur l'ile et que les Façonneurs cherchaient des moyens de l'améliorer. Andreas n'avait jamais vu ou entendu parler de ce genre de produit et aurait aimer l'étudier mais comme il n'avait ni le temps, ni les compétences, il se contenta de la boire. Cela ne changea strictement rien. La substance avait dût perdre ses effets actifs avec le temps. En fouillant le reste du bâtiment, il finit par trouver dans un bureau en ruine, une clef. Le papier accroché au meuble indiqua que c'était la clef pour ouvrir la porte des quais, plus loin, dans les terres.

 

Alors qu'en marchant, il finit par trouver un chemin de pierre menant à travers les falaises, il ressentit une violente douleur dans l'estomac puis les doigts. Il faillit tomber dans l'inconscience mais au bout de quelques minutes de douleurs intense, il finit par se rétablir. Il n'aurai peut être pas dû boire cette potion sans réfléchir. Mais maintenant la douleur est passé, il sentit comme une facilité pour lancer des boule de feu.
En suivant le chemin qui s'enfonçait finalement dans des hautes herbes, il finit par trouver la porte et dans un local juste à côté, une tunique sèche encore en bonne état ainsi qu'un vieux bouclier de bois. Il trouva l'emplacement pour la clef dans un mur de ce même local et grâce à un ingénieux système de poulie, la porte s'ouvrit. Le voila enfin dans les terres désolés de l'île.

 

1449237478-passe-de-l-autre-cote.png
De l'autre côté il trouva la salle des Gardiens de l'ordre, les misérables magiciens ayant échouer aux tests pour devenir apprenti, peuvent devenir, pour les plus fort, des guerriers censé protéger les vies des êtres élus. Il y trouva une dague encore planté dans une commode. Elle n'est pas de première main, mais c'est mieux que de se contenter de boules de feu. A force de marcher, il tomba sur un nouveau bâtiment, en ruine lui aussi. Juste à côté, broutaient des Ornks, des sortes de vaches surpuissantes et au goût délicieux créer par les Façonneurs, il y a plusieurs siècle. Le plus incroyable est qu'elles ai réussient à survivre sans avoir recours aux Façonneurs. Décidément la magie de la vie cache encore bien des mystères.

 

1449237364-des-ornks.png
(Des Ornks)

 

Andreas alla fouiller le bâtiment. Étrange, on aurait dit que le bâtiment est une cantine pouvant accueillir des dizaines de personnes. Habituellement, les îles qui sont utilisés pour tester des créatures magiques et autres expériences douteuses, n'accueillent que quelques Façonneurs et leurs gardiens. Mais depuis l'arrivée d'Andreas sur l'île, tout à l'air de prouver le contraire. Que s'est il passé pour que de si nombreux magiciens et guerriers fuient île, si ce n'était pas une île de test? Le reste de la fouille du bâtiment sembla lui indiquer que c'était même un bataillon de soldats qui vivait ici. Il semblerait que ce n'était même pas le principal bâtiment mais un fort parmi d'autre sur l'île. Un chemin continuant plus loin au nord et qui avait l'air encore praticable, peut être que d'autres habitants vivaient encore ici.

 

1449237481-hall-d-entree.png
(Un grand hall dévasté)

 

1449237386-carte.png
(On change de lieu)
Finalement ce n'est qu'il trouva mais une autre structure des façonneurs sur l'île. Le chemin menait à un Hall des Façonneur, un batiment où l'on créée la vie. Bien sur tout semble avoir été laissé à l'abandon, il restait des bassins de matière et d'énergie. Les deux bassins fonctionnaient. Il y avait assez de matière pour créer un Fiora mais guère mieux. C'était la première créature intelligente que l'on appenait à créer en tant qu'apprenti. Une sorte de petit dragon cracheur de feu. Très pratique pour bruler les problèmes mais à ne pas en perdre le contrôle comme de nombreux apprentis on eut le malheurs de comprendre au dernier moment.

 

1449237413-gerard.png
(Répartition des caractéristiques de notre créature)

 

Andreas créa son petit lézard et le nomma Gérard, pour se rappelé de cet imbécile du même qui s'est fait mangé par son Fiora au bout de 5mn. Maintenant que sa première créature était prête, l'exploration de l'île allait pouvoir se faire plus facilement.
Il s’avéra que la végétation a tellement poussé que le chemin menant au reste de l'île était bloqué. Il allait falloir trouver un autre passage a travers la végétation.
Il arriva finalement à passer de l'autre côté en passant à travers les bois mais les ennuis commencèrent vraiment à ce moment là. Un Fiora apparut de ruine et tenta de boulotter Andreas. Apparemment depuis la disparition de leurs créateurs, les Fioras locaux sont redevenus sauvages. Il devait être très vieux, ayant du mal à cracher des flamme ou son concepteur un incapable, ce qui avantagea Andreas avec son Gérard tout neuf. Une bataille de boule de commence entre les deux lézards et Andreas tenta honteusement pour en rajouter une couche avec sa dague. Ce qui fut une très mauvaise idée. Un deuxième apparu et Andreas prit entre deux feux. Blessé par deux de leurs tirs, il ne devra sa survie qu'à Gérard qui réussira à les flamber. Ça ne lui fit pas plaisir de dépenser son énergie magique pour abattre des rebuts d’expériences mais Andreas devait bien admettre que ces Fioras étaient trop dangereux pour qu'il se contente de les égorger. Il se mit donc lui aussi à lancer des boules de feu sur les 4 autres qui arrivèrent. Apparemment les bâtiments ici était des habitations qui n'était plus qu'habités que par ces déchets d’expérience. Restait-il seulement un être doué d'intelligence?

 

1449237425-une-rencontre-chaleureuse.png
(Boule de feu sur le gros lézard)
Finalement Il arriva à un entrepôt. Il avait l'air d'avoir résisté à l'usure du temps mais il avait été entièrement pillé. Andreas trouva quand même un bâton de magie.

 

1449237446-entrepot-pille.png
(Un entrepôt pillé)
Il finit par trouver la zone de mise en quarantaine. Normalement derrière les murs de ce bâtiment, se trouvait les zones d’expériences dangereuses ou si c'était une ile habité, les locaux. Le bâtiment de quarantaine, devant permettre de laisser passer les membres de Façonneurs et bloquer les autres, était vide hormis un registre de transit poussiéreux illisible ainsi qu'une créature servante, auquel on pouvait poser des questions:

 

1449237416-zone-de-quarantaine.png
(Une vaste salle de quarantaine)

 

1449237404-servant-de-quarantaine.png
(Un servant)
Celui-ci se réveilla à l'approche d'Andreas. Il le renifla et lui dit qu'il était apte pour passer de l'autre côté. Quand à ses questions au sujet de si il y a d'autres Façonneurs ou pourquoi l'île de Sucia est abandonné, la seule chose que la créature lui réponda est que comme il était en sommeil sur son piédestal depuis plus 100 ans et qu'il ne sait rien de ce qui se passe en dehors de cette pièce. Andreas quitta donc cette créature inutile et se dirigea vers la sortie. En ouvrant la porte, il tomba nez à nez sur un autre troupeau de Ornks mangeant de l'herbe sous un Servile. (Les serviles sont des créatures humanoïdes créé par les Façonneurs afin de leur servir de serviteurs. Ils sont programmé pour avoir envie de les servir et non pas d'autre but). Cela étonna Andreas qu'un être simplet comme lui existe encore sur cette île sans aide des Façonneurs. Encore que Ornks il comprenait mais la... Enfin bon, ce brave servile lui fera surement le plaisir de transporter ses affaires et répondre à ses questions. Après tout ce ne sont que des larves lui devant la vie.

 

1449237461-servile.png
(La créature s'approchant de son maitre)

 

1449237341-mon-servile.png
(Je peux pas faire plus gros)

 

Celui-ci avait l'air de dysfonctionner, il regardait Andreas comme si il était son dieu et lui dit que son centre de Stockage s’appelait le village Vakkiri. Il paraitrait que lui et son "peuple" n’ont pas vu de Façonneurs depuis des dizaines d'années et relève de la légende. Ah, ces créatures pathétiques, se dit Andreas, donnez leur le droit de parole et ça se croit permit de réfléchir. Il faudra que qu'il remédie à ce dysfonctionnement. Il lui ordonna de lui obéir désormais, étant l'un de ses créateurs.Le Servile se mit tout de suite à son service et lui proposa de le suivre jusqu’à son village. Andreas le suivi, espérant trouver de quoi partir loin d'ici au plus vite.

Loup

Concours Mini AAR 2015

Bonjour à toutes et tous !

 

Vous avez surement remarqué l'annonce, et comme toujours en décembre, le mois de fin d'année, nous vous réservons quelques surprises et surtout plein de cadeaux pour les fêtes.

 

Cette fois-ci, le premier concours va être le retour d'un concept de l'année dernière, le Concours de mini-AAR

 

Tout d'abord, qu'est-ce qu'un mini-AAR ?

 

Tout le monde connait les récits de parties, ou AAR (After Action Report) dont regorge notre forum.
Si jamais vous ne connaissez pas, jetez un œil sur notre forum dédié à ce sport épique !

 

Le concept du mini-AAR est d'être beaucoup plus léger, moins chronophage et donc plus accessible. Le principe est simple, le récit doit être un post unique. La limite de 20 images dans un billet de blog peut vous servir de référence, et le but est d'avoir quelque chose de concis.

 

Pour des exemples et des idées, vous pouvez aussi jeter un coup d'œil sur le blog dédié de l'année dernière: http://forum.reseau-js.com/blog/24-concours-mini-aar-2014/

 

Comment faire pour héberger les images?

 

C'est facile, vous pouvez utiliser la fonctionnalité Galerie du forum! Pour un tutoriel ou plus d'explications concernant cette fonctionnalité, Socros a fait une vidéo qui est accessible sur le Blog Tutoriel.

 

Y-a-t'il des restrictions sur les jeux ?

 

Non, il y a aucune réelle restriction. C'est possible de faire un mini-AAR à partir d'un jeu de plateau/société ou un jeu d'un autre genre, du moment que ça reste à partir d'une partie.

 

Détails du concours :

  • Début le jeudi 3 décembre 2015, fin le samedi 26 décembre à 23h59
  • Proclamation des résultats entre le 27 et le 28 décembre 2015
  • Deux gagnants, choisis par nos jurés d'exception (Nous)
  • Gains : pour le vainqueur : au choix un jeu Enldess Legend ou Europa Universalis IV. Pour le dauphin, le jeu restant.
  • La participation se fait sans inscription préalable
  • Pour participer, il faut simplement poster votre mini-AAR sur le blog dédié


N'hésitez pas si vous avez des questions ou remarques.

 


Bonne chance!