• billets
    7
  • commentaires
    17
  • vues
    4 050

À propos de ce blog

Nos AAR de la partie commune CK2.

Billets dans ce blog

Talla na Bó

blog-0273738001421062570.png

Ceci est une chronique du règne d’Herman le Martel, chef de la Maison de Hauteville, par la grâce de Dieu et de Notre-Dame roi de Sicile et de Jérusalem, duc de Salerne, de Jérusalem et de Capoue, duc consort de Gênes et de Lombardie, comte de Capoue, de Naples, de Salerne, de Rouergue, de Jérusalem, d’Acre et de Farama, fils légitime de Thorsten de Hauteville et de Sibylla, reine consort de Sicile, à son petit-fils Anakin de Hauteville, héritier légitime de toutes ses possessions, sous la protection de sainte Agathe de Catane, gardienne du royaume de Sicile et de sainte Lucie de Syracuse, vierge et martyre.

30434001Herman.png

Moi au début de mon règne

Mon cher petit Anakin… pour que tu puisses à ton tour gouverner avec sagesse les deux royaumes qui furent confiés à notre famille, je suis l’usage ancestral de notre Maison et te fais le récit de ma vie. Je te recommande de rester toujours fidèle à notre foi catholique et à notre peuple normand, qui ont fait la puissance et la force des Hauteville.

Je me souviens… c’était le 5 février de l’an de grâce 1184… je m’entraînais tranquillement à l’épée quand un messager m’apporta une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’était la mort de mon père. La bonne, c’était que j’étais roi. Roi de Sicile et de Jérusalem. Deux jours après la mort de père, j’étais tranquillement en train de planifier ma prochaine bataille contre le Saint Empire Romain Germanique avec pour enjeu le comté d’Ancône (oui, mon père m’avait légué une guerre coûteuse pour un seul comté). Le 10 octobre de la même année, j’arrachais triomphalement la victoire au Kaiser Baldewin, qui venait de succéder à sa féroce mère, la Kaiserin Clothilda la Noire. Je renvoyais bien vite les ruineux mercenaires engagés par mon père qui vidaient le trésor…

Mais revenons à cette fameuse journée : je planifiais donc la prochaine bataille de la campagne déjà victorieuse héritée de Papa, quand une créature translucide émettant une lueur bleutée (enfin on voyait à travers quoi, et elle était bleue) est venue dégouliner sur mon tapis de Perse.

- Bonjour, ou plutôt bonsoir… ah, il y a du feu, parfait.

- Qui êtes-vous ? A moi la garde… gardes !

- Non non, ne les appelez-pas ! il n’y a que vous qui pouvez me voir. Evitez de vous payer le trait « fou », je vous prie. Ce n’est déjà pas bien brillant comme ça…

- Mais…

- Je me présente : je suis la Dame de la Flaque, aussi connue sous le nom de… enfin, appelez-moi Talla, ça ira bien. Je suis votre guide. Une sorte d’ange gardien. Je fais aussi de très bons cakes, mais pas magiques. Et je promets de ne pas vous envoyer chercher des fourbis magiques débiles, du genre l’aiguille à repriser télépathique. En bref, faites ce que je vous dis, et ne parlez de moi à personne. Une consœur, la Dame du Lac, a eu les pires ennuis avec un de ses protégés qui passait tout le temps pour un dingue. Vous avez tout compris ? Parfait !

- Gnnnn….

- Bon, voyons ça. La situation est intéressante, mais compliquée, avec une partie des possessions en Italie, une autre outre-mer avec le royaume de Jérusalem. En gros, on a le choix entre castagner au Nord contre le SERG, à l’Est contre les Byzantins et les Mahométans. J’espère qu’il va y avoir quelques révoltes.

Côté statistiques, vous m’avez l’air d’une sacrée demi-truffe ; qui vous a donné cet horrible et ridicule nom d’Herman ? Le martial est parfait, l’intrigue est correcte, par contre, le reste, ça oscille entre le néant et l’abyssal. Et vous êtes un lâche (j’ai heureusement découvert ma bravoure au cours de cette première guerre). Fourbe mais lâche. Bon, au moins vous avez de l’ambition, et pas de tendance dégénérée. Va falloir faire gaffe à pas vous faire mutiler en pleine bataille, hein ?

- Hé…

- Inutile d’espérer que les gamins tiennent de leur mère, c’est encore moins brillant. Au moins votre femme a le bon goût d’avoir des territoires intéressants (mais bien évidemment inhéritables à cause de l’autorité de la couronne du SERG). Pas comme votre mère insipide et inintéressante.

- Hé !

- Oui, au revoir à vous aussi.

Je suis allée me coucher en espérant me réveiller le lendemain en m’apercevant que Talla n’était qu’un cauchemar. J’ai vite déchanté ; elle a cependant pris l’habitude de ne plus dégouliner sur mes affaires (soi-disant qu’elle déneige dans sa montagne avant de venir, quand il ne pleut pas à Paris ; ne me demande pas ce que ça veut dire).

Sur les conseils de Talla, j’ai rapidement remarié ma mère, « pour gagner un peu de prestige et faire de la place à la cour, et puis on sait jamais quand une alliance peut être utile. » Puis je me suis mis au jardinage pour me détendre.

Ça a beaucoup plu à Talla qui adore les plantes (autant te dire que pour la détente, avec une créature bleuâtre qui babille dans ton dos sur les mérites comparés de l’œillet du poète et le désespoir du peintre…). Enfin j’ai fait un joli labyrinthe et j’ai amélioré mon intendance (Talla m’a fait beaucoup de commentaires). Je suis aussi parti en pèlerinage en Terre Sainte, sur mes terres.

17545702Jardin.jpg

Le jardinage

Un soir de 1185, je me promenais en compagnie de Raymond de Caserte, quand une dague a filé juste devant mon nez et a tué mon pauvre ami. C’étaient les Nizârites, les féroces Assassins. Sans doute en voulaient-ils au glorieux roi chrétien de Jérusalem. Talla était dans tous ses états, j’ai cru comprendre qu’elle avait de grands desseins pour moi et que l’AAR allait être raté si je mourrais après à peine un an de règne. Il n’y a pas eu d’autres tentatives, les Assassins ont dû comprendre à qui ils avaient affaire.

47098003Assassins.jpg

La tentative d'assassinat

Mon frère Thorsten eu en 1186 une fille, la petite Avelina, la première née de notre dynastie sous mon règne, qui avec son frère Thorsten avait une place dans la succession.

En effet, je n’avais qu’une fille, Ida, de mon épouse Ursula, duchesse de Gênes et de Lombardie. Après cela, la succession était dévolue à mon plus jeune frère, Thorsten, puis à son fils Thorsten le jeune, puis à Avelina. Mon frère Anselm, marié à ma vassale la duchesse de Sicile, n’avait rien trouvé de plus malin que de prononcer des vœux de chasteté et d’intégrer l’Ordre de Santiago. Tu me diras, affublé d’une femme qui l’a trompé avec l’évêque de Trapani au point d’en avoir un bâtard… Ma jeune sœur Wilmot était morte dans des circonstances… suspectes avant mon règne après avoir laissé un bâtard et un neveu qui n’était pas de mon sang. Mon autre sœur était mariée de manière fort judicieuse à un fils du Basileus, après un mariage avec le fils du roi d’Aragon… brisé par l’élévation de ce prince au rang d’évêque. Les enfants issus de ces unions n’étant pas de notre sang, je ne voulais pas les voir sur le trône.

Cette année 1186 fut bénie par le Ciel, car mon épouse mettait un monde un petit garçon, un héritier. Talla insista pour que je l’appelle Dastan. Des fois que je veuille me lancer à la conquête de la Perse, il paraît que ça porte chance. Je m’occupais personnellement de l’éducation de Thorsten mon neveu, car mes enfants étaient encore bien jeunes, et la succession incertaine. L’année 1188, mon épouse mit au monde un petit Anquetil, pour ma plus grande joie. Ma succession était de mieux en mieux assurée. Ce fut cette année-là aussi que je me préoccupais de l’éducation de ma fille Ida, et que je commençais à surveiller les alliances potentielles. Les stupides lois du SERG interdisant à Dastan d’hériter, c’était Anquetil qui devait récupérer les terres de sa mère, et en cas de malheur, ma petite Ida.

50282304Dastan.jpg

Dastan

88143806Ursula.jpg

Hélas, en 1190, mon épouse passa de vie à trépas dans des circonstances suspectes.

Je ne sus jamais qui en fut responsable. Sur les conseils de Talla, je me remariais vite. Mes enfants étaient encore jeunes ; le petit Anquetil n’avait pas deux ans quand il devint duc de Gênes et de Lombardie. De plus, la situation chez les Mahométans inquiétait Talla, qui me pressait d’avoir des enfants pour assurer de futures alliances en cas de conflit. Il me fallait des fils pour hériter et des filles à marier. Talla avait justement repéré une très belle opportunité en la personne de Berenguela, aînée des cinq filles de Luis II Jimena, et héritière des royaumes de Castille et de Portugal.

76028807Berenguela.jpg

Berenguela, reine consort de Sicile et princesse héritière de Castille-Portugal

Le père consentit à un mariage avec la prestigieuse Maison de Hauteville. La même année, ma nouvelle épouse tomba enceinte. Le 3 décembre 1190, Talla et moi virent nos pires craintes se concrétiser : les féroces Mahométans eurent l’outrecuidance de nous déclarer le Jihad avec pour enjeu les Lieux Saints. Le calife sunnite, Berkiyaruk, n’était qu’un marmot manipulé par le Démon.

33565908Djihad1.jpg

La déclaration de guerre

71755909CalifeB.jpg

Le risible "Calife"

Avec bravoure, je partis à la tête de la Chrétienté repousser ces hordes impies.

Au milieu des carnage, une grande joie me parvint de Sicile, où était restée ma chère épouse, qui me donna une petite fille, que je nommais Elise-Maria pour attirer sur nous la bénédiction de la Sainte Mère de Dieu et celle de sa sainte cousine, la bienheureuse mère de Jean le Baptiste. Cette petite princesse portait aussi mes espoirs d’asseoir ma dynastie en Espagne, si Dieu le veut. Au cours de cette guerre sans merci, j’eus à affronter diverses menaces et révoltes, dont je triomphais grâce à mon génie militaire et à la protection de Sainte Lucie. Les Infidèles étaient innombrables, mais Christ était avec nous dans la bataille, et la Vierge sut réveiller le cœur des Fidèles : même les Byzantins hérétiques honorèrent notre alliance et sa battirent à nos côtés.

Preuve de la bienveillance divine, Berenguela me donna une autre fille, Espérance. Pour mon plus grand chagrin, le malheur frappa le 20 octobre 1193, et Anquetil mourut à l’âge de cinq ans d’une terrible maladie. J’eus la bonne surprise de voir le comté de Naples se civiliser et devenir Normand. Préoccupé par la guerre, je n’avais pu songer à fiancer ma fille chérie, Ida, qui devint à l’âge de 13 ans duchesse de Gênes et de Lombardie, et vassale du Kaiser. Désormais, l’héritage italien de ma défunte épouse reposait sur ses jeunes épaules, et sur sa capacité à survivre aux tentatives de meurtres de la part de sa « famille » maternelle, véritable nichée de vautours. Bonne intendante, mon Ida était une piètre intrigante à cette époque.

61749010AnquetilGenes.jpg

Mon fils Anquetil, duc de Gênes et de Lombardie, un peu avant sa mort

Ce rappel me poussa à chercher une bonne alliance pour mon héritier, Dastan. Mon choix se porta sur la jolie Sophie Wirgeriche, âgée de sept ans de plus que ton père. Fille aînée du duc Buchard de Lotharingie et de la comtesse Friedrica de Nassau, elle n’avait qu’un jeune frère qui s’interposait entre elle et son héritage. Elle était de plus la nièce du roi Günther de Bohême, qui avait le duc son frère pour héritier, faute de descendance. Mais la principale raison de mon choix fut son génie qui faisait d’elle une reine prometteuse.

Je fus tiré de mon deuil par la guerre et la naissance de mon fils Hélas, qui assurait mon épouse et ma lignée dans l’héritage espagnol. Autre signe de la faveur divine, un prêtre me donna une sainte relique en l’an de grâce 1195. L’année suivante, j’eus la joie de voir que ma fille Ida avait bien profité des leçons de son tuteur : elle était devenue une bonne intendante, une intrigante avertie, fourbe et paranoïaque, et avait épousé matrilinéairement l’héritier du duché de Lorraine, en succession par ancienneté. Même si les enfants n’héritaient pas directement, une revendication pouvait toujours être soutenue. En tout état de cause, une alliance au sein du SERG pouvait toujours servir.

53212311Revolte.jpg

Une des nombreuses révoltes que j'ai du écraser pendant l'attaque mahométane

Le 29 janvier 1196, malgré les révoltes paysannes, malgré les aventuriers, malgré leur supériorité numérique, je renvoyais les hordes mahométanes dans l’Enfer d’où elles étaient sorties !

90247712Reddition1.jpg

Te Deum laudamus, te Dominum confitemur. Te aeternum Patrem, omnis terra veneratur…

Contraints à la capitulation, les Infidèles retournèrent à leur décadence et durent reconnaître que leur pathétique prophète ne pouvait rien face à la protection de Sainte Lucie et de Sainte Agathe. Fort du soutien de la Sainte Mère de Dieu, je décidais qu’il était temps de donner une leçon aux Infidèles chiites. Profitant de la présence de mes troupes levées en masse, les ordres saints à mes côtés, je déferlais sur le Sinaï et libérais la terre foulée par Moïse et Israël de l’emprise impie. Signe que Dieu m’approuvait, mon épouse m’annonça qu’elle attendait un autre enfant.

L’abominable Calife Nasir II se rendit après une demi-année d’une guerre foudroyante, sans avoir eu le temps de rassembler ses troupes. Avec sagesse, Talla et moi convînmes qu’il faudrait renflouer mes caisses en prévision d’une prochaine guerre diabolique contre les Mahométans. Aussi créé-je la République du Sinaï, chargée de payer moults impôts. Cette année 1197 était vraiment bénie : ma fille Ida enfanta Gérard de Hauteville, mon premier petit-fils, perpétuant ainsi notre héritage germanique, et mon épouse mit au monde Roscelin, nouvel héritier présomptif des doubles couronnes de Castille-Portugal et de Sicile-Jérusalem.

62804713Ida.jpg

Mon Ida, mariée

Profitant d’une paix bien méritée, je lançais de vastes programmes de construction dans mes provinces, avant de lancer une petite guerre pour soutenir la revendication que mon chancelier avait enfin réussi à me fabriquer. En 1201, alors que j’étais à deux doigts de devenir le comte de Piombino, l’abominable calife Nasir III, chiite de son état, prouva sa nature démoniaque en tentant dès sa première année de vie de ravir le Saint-Sépulcre à la Vraie Foi. Une nouvelle fois, je me fis champion de la Chrétienté et partais anéantir les hordes mahométanes. Christ, le pape et le Basileus (mon or aidant) furent à mes côtés. De l’Espagne à la Hongrie, mes fidèles alliés se rallièrent à la Sainte-Croix.

L’an 1202 vit la majorité de mon fils Dastan, ton père, brillant stratège, intendant et intrigant passable, peu porté sur la diplomatie et les lettres. Son mariage fut conclu avec ta charmante mère, brillante intendante, érudite, portée sur les armes autant que sur l’intrigue. L’année suivante, mon chagrin de voir mourir mon épouse, de santé fragile, fut compensé par la défaite des Mahométans, qui avaient fait preuve d’une stupidité sans pareille dans leur stratégie militaire.

28456114Sophie.jpg

Ta mère Sophie, peu avant son mariage

80798215Dastan.jpg

Ton père Dastan, peu avant son mariage

Mon petit Hélas devenu l’héritier des couronnes de Castille et de Portugal, je me remariais avec la géniale Bodil, fille d’un petit baron danois. Fauchée à l’âge de 21 ans par une grave maladie, elle ne m’avait donné aucun enfant. Nous nous étions tendrement aimés.

21929116Bodil.jpg

Ma bien aimée Bodil, qui aimait la chasse et l'équitation

L’an 1205, j’eus la très grande joie de voir naître ton frère aîné, bien qu’un peu déçu qu’il n’ait pas hérité du génie de ta mère. Talla insista pour que je le nomme « Dark-Vador ». J’ignore quel à quel saint cela fait référence, mais il paraît qu’il a « fait carrière ». La même année, je me mariais avec la seule épouse à peu près convenable que je pouvais trouver (il y avait pénurie de princesses et de filles de duc). Mon épouse devint très rapidement syphilitique et folle. Je pensais que cela allait finir comme Bodil, la précédente : un nouveau veuvage à court terme, après une union stérile. Peu après mon mariage, Hélas partit pour la cour de Castille, roi à 11 ans après la mort de son grand-père maternel.

42132918Helas.jpg

Mon fils Hélas, ton oncle

A ma grande surprise, mon épouse Héloise était toujours vivante deux ans plus tard et mit même au monde un petit Lucas (je fus intraitable vis-à-vis de la Dame de la Flaque : cette nomination votive était destinée à demander à demander à Luc l’Evangéliste, médecin, la guérison de mon épouse). Profitant de la première révolte qui secouait le SERG depuis mon accession au trône, je décidais de déposer l’antipape nommé par le Kaiser impie en 1207, et qui affaiblissait l’autorité morale de notre religion catholique.

89077817Heloise.jpg

Héloise la Folle,la plus insupportable de mes épouses et la seule dont je me suis débarrassé.

Le 14 février 1208, pour ma plus grande joie et celle de ton père, tu naquis. Talla insista à nouveau pour qu’on t’appelle Anakin. Il paraît que ça te promet une belle destinée. Deux ans plus tard, je mettais fin à cette ridicule histoire d’anti-papauté. Et l’abominable Kaiser récidiva.

En 1212, mon épouse mit au monde un nouveau fils, le prince Arko, enfant maladif ; sa mère toujours aussi folle et syphilitique semblait bien résister à la maladie. La même année mon beau-fils Rudolf, duc de Lorraine, laissait ma fille Ida veuve suite à son décès (pour causes naturelles). De leur union étaient nés trois filles et trois garçons, introduisant dans la famille des revendications au trône ducal de Lorraine et assurant notre héritage germain. A ma plus grande fureur cependant, je m’aperçus qu’Ida avait trahi son héritage pour devenir… italienne ! De rage, j’écrasais une éphémère révolte menée par le duc de Sardaigne-Sicile, qui y laissa son duché de Sicile. Soi-disant que l’autorité de la Couronne était trop élevée à son goût. Ma petite Elise-Maria mourut cette l’année suivante de la variole, sans enfant. Son veuf, un Doukas, avait de bonnes chances d’hériter à terme de l’Empire Byzantin.

70231319Arko.jpg

Arko, mon bébé si fragile...

Le pape trouva à redire aux lois de mon royaume, moi qui était le descendant direct de Marie de Hauteville, reine de Sicile et fondatrice du royaume de Jérusalem, gardien des Lieux Saints et le premier de ma lignée depuis Marie à étendre le royaume dans les terres infidèles, moi qui avait repoussé par deux fois les coalitions mahométanes. Il me déniait le droit de nommer les évêques de mon royaume. Heureusement, nous trouvâmes un arrangement et une donation l’assura de ma piété. Cette triste année 1213 vit la mort de ton malheureux frère, Dark-Vador, dans un tragique accident. Tu es donc devenu le second dans la ligne de succession. La même année, le pape décida de lancer un croisade contre la Lithuanie païenne. Encore offensé par son exigence injuste, et décidant que ferais mieux de porter le deuil que d’aller faire la guerre dans les confins du monde païen, je restais chez moi. Talla m’approuva en ajoutant que si les Mahométans déferlaient à nouveau sur les lieux saints, c’est moi qui irait au casse-pipe.

Un homme marié à une folle siphyllitique a bien le droit de s’amuser un peu. Ah Maud, Maud, quelles nuits… Hum.

En février 1215, on m’a raconté des belles histoires sur un souverain du lointain Orient se préparant à marcher à tête de millions de soldats vers l’Occident. Un peu plus tard, après ta sœur Adele naissait ton jeune frère, Bilbon (devine qui a trouvé le nom ?). Ce fut aussi la période au cours de laquelle mourut la duchesse Amalie de Ferrare, épouse de mon fils Roscelin, à l’âge de seulement 17 ans. Elle laissait un fragile héritier, un petit Herman de Hauteville, qui permettrait peut-être à notre lignée de s’implanter davantage dans la partie Italienne du SERG. En guise de compensation, mon épouse mit au monde ma petite Fressenda. Cela ne la rendait pas moins insupportable, et je décidais enfin de finir le travail de la syphilis. Vite dit vite fait, je planifiais ni vu ni connu une attaque de bandits. J’avais en vue une jeune Eleanor, fille d’un baron anglais, dotée du trait génie, et sans prédisposition à la folie.

Le 31 décembre 1218, ton pauvre père Dastan mourut de pneumonie, faisant de toi mon héritier. Ta mère inconsolable regagna la cour de son père. Je me consacrais à l’éducation des enfants de ma famille, à la recherche de fructueuses alliances, à la construction des villes de mes royaumes et au remplissage de mes caisses. Car je savais que le fléau mahométan avait le sommeil léger… Je ne m’attendais cependant pas à entendre les nouvelles qui me sont parvenues : des armées innombrables, composées de cavaliers, déferlaient sur l’Orient du monde connu. Peut-être Christ envoie-t-il un châtiment aux Infidèles ?

Peu après la mort de ton père, son épouse mit au monde des jumelles posthumes, dont une, Mabel, affligée de consanguinité. Ta sœur Yolanda est, quant à elle et grâce à Dieu, bien allante. Peu de temps après, la croisade en Lituanie échoua lamentablement, ce qui n’est pas étonnant puisque je n’y étais pas, ni le SERG d’ailleurs, à cause de son maudit antipape. Je ne le répèterai jamais assez, les païens sont loin, ce sont les Mahométans à nos frontières qui sont dangereux.

An de grâce 1223 ! Gloire à Dieu, mon chancelier m’a fabriqué une revendication sur l’île de Venise. J’y vis l’occasion de fonder une autre République et d’y installer notre famille. Cette année fut aussi tristement marquée par le décès de mon fils Roscelin (lui aussi de pneumonie), qui s’était remarié de son propre chef avec une femme d’environ 40 ans et tristement inintéressante. Mon petit-fils Herman, duc de Ferrare, était désormais bien seul.

L’année 1224, je n’ai pas besoin de te le rappeler, fut pour ma plus grande joie celle de ta majorité et de ton mariage avec Amalberga di Este, fille d’un baron allemand. Oh certes, elle n’était pas issue d’une grande famille, mais son génie, sa sociabilité et son zeste de fourberie en faisaient une reine en devenir. Aucune héritière n’avait plus à offrir que cette jeune femme ; vous formiez un bien joli couple, car toi aussi tu avais profité de ton éducation chez mon parent et vassal, le comte Gerald de Tarente, connu pour être le plus brillant homme de mon royaume.

79937120AmalbergaVador.jpg

Ton épouse et ton fils aîné, Vador...

J’ai décidé de marier mon fils Lucas à la duchesse de Nicée, pour faire souche dans l’Empire Byzantin. Peut-être pourrons-nous placer notre dynastie sur le trône impérial en y implantant la maison Hauteville… Aucune alliance plus prestigieuse ne s’offrait à moi.

L’an de grâce 1225 fut aussi pour moi source de grande réjouissance : il me naquit une fille, Matilda-Eleanor, qui hérita du génie de mon épouse Eleanor ! Quelques semaines après cette naissance, ton épouse nous annonça qu’elle était enceinte du petit Vador, qui paraissait bien faible à sa naissance. Je priais Saint Luc pour qu’il ne connaisse pas le destin tragique de son oncle.

Après la défaite de Venise, notre parente et alliée la reine de Croatie (j’avais envisagé de vous fiancer) s’empara des vestiges de la défunte République au cours d’une guerre rapide où notre participation fut sollicitée mais pas nécessaire. Las ! Matilda-Eleanor succomba tragiquement à une pneumonie, fléau de notre famille.

L’année 1228 fut riche en évènements familiaux : la naissance de ton petit Anakin, nouvel héritier présomptif, la mort de ma gourde de fille, Ida, devenue scandaleusement italienne avec sa lignée, la naissance de ma benjamine, Matilde, et la majorité de mon fils Arko, que je mariais à la fille du duc d’Itil, dans le royaume lointain des Coumans. Elle avait hérité du génie de son père (comme deux de ses frères d’ailleurs). Sait-on jamais ?

Ayant hérité d’une revendication forte sur le comté de Rouergue, dans le Royaume d’Aquitaine, je décidais de la soutenir. D’abord parce que je n’avais rien à faire, et ensuite parce que « la terre, c’est bien ». Tu en feras ce que tu voudras. Alors que je gagnais cette guerre, une révolte s’est déclenchée dans mes terres italiennes. Elle ne durera que le temps de rapatrier mes troupes.

6 octobre de l’an de grâce 1228. J’ai à mon tour attrapé une pneumonie qui m’épuise chaque jour un peu plus. Je sens venir ma fin (Talla me dit que non, mais c’est la première fois qu’elle me rend visite avec des vêtements secs ; elle me parle d’un traitement à base de moisissures).

J’ai étendu le Royaume de Jérusalem jusqu’au Sinaï. J’ai un peu agrandi nos possessions en Italie. J’ai développé, autant que possible, les provinces que je détiens en propre. J’ai créé deux Républiques, dans le Sinaï et à Venise, dont une est aux mains de notre dynastie. Je te laisse le soin de mater une petite révolte en Italie, rien de bien méchant. Je te lègue aussi assez d’or pour corrompre tes vassaux. Oh, je sais bien que je n’ai pas fait de grandes conquêtes, mais j’ai soutenu deux Djihads, et je te lègue intact ce que j’ai reçu de nos ancêtres.

804024Carte.jpg

Une carte de nos possessions

Si tu le veux, tu peux essayer de récupérer les possessions de notre famille au sein du SERG, ce ne sont pas les prétendants dynastiques qui manquent. Il y a aussi l’opportunité de se faire élire sur le trône de Byzance. Si tu veux batailler pour Christ, les terres mahométanes s’ouvrent à toi. Enfin, notre dynastie est implantée en Hongrie (où elle a renié ses origines), et en Croatie, où l’aristocratie est devenue normande. Néanmoins, la reine et son héritière ont eu le tort de ne pas se marier matrilinéairement. Mets-y bon ordre si tu peux. Enfin, l’Espagne nous est ouverte grâce à la double couronne de Castille-Portugal détenue par ton parent Gonzalo (un Castillan).

Cher petit Anakin, à l’âge de 21 ans, te voici un homme remarquable, père de deux beaux garçons, et doté d’une épouse plus que charmante. J’ai pleine confiance en toi. Je te confie à la garde de Notre-Dame des Victoires, de Notre-Dame de Hauteville, et des Saintes Lucie et Agathe.

Herman le Martel est mort tragiquement des suites de sa pneumonie, le 23 février 1229, à l’âge de 75 ans, après 45 ans de règne.

Xilot

Voici venu le Temps du règne de Thorsten, certainement l'un des rois les plus guerriers que le royaume à connu et connaitra !

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=4993012015011000001.jpg

NB : En géneral pour une partie "normale", je m'appuie principalement sur le trait d'éducation de mon personnage. Donc, là éducation militaire = taper les voisins.

Il commença son règne par deux mesures : à remanier le conseil et de leur affecter chacun une mission.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=8642242014122200002.jpg

Et de déclarer la guerre à un cheikh afin de compléter la conquête du royaume de Jérusalem.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=2958232014122200001.jpg

Il décida, dans un but religieux mais aussi de visite et d'appropriation de ses terres d'aller en pèlerinage à Jérusalem.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=8736592014122200004.jpg

Entretemps, il laissa à son chancelier le soin de conclure deux fiançailles importantes : une avec le royaume d’Aragon afin de disposer d'un allié dans la région

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=3281192014122200005.jpg

Et l'autre avec le duché de Milan afin de prendre ses terres par l'intrigue !

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=1812202014122200006.jpg

NB : En général, je n'utilise pas souvent l'intrigue quand je n'ai pas le trait d'éducation mais là, vu que ça faisait longtemps que je n'en avait plus fait et que le bouton assassiner avait disparu entretemps (ce qui rend évidemment la chose plus dure) je me suis dit que j'allais faire une exception pour cette fois.

Par la suite, une fois avoir revu l'armée du royaume de Jérusalem (et donc de ses vassaux) il termina son pèlerinage et en sorti avec une certaine sympathie envers les mahométans.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=8906372014122200008.jpg

NB : Évidemment, ce trait m'empêchera de taper sur les musulmans.

Par la suite, une guerre contre gènes et ensuite pise fut déclarée afin de posséder l’intégralité de la Sardaigne et d'y expulser les républiques présentes.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=8536392014122600001.jpg

Quand à la croisade en Lithuanie contre les païens, débutée déjà sous le règne de sa mère Marie, elle se termine par un échec. Thorsten bien qu'ayant aimé y participer ne put le faire à cause principalement de la distance.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=3298362014122600002.jpg

Après de nombreux "accidents" le nouveau duc de Lombardie est un enfant de 7 ans.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=8417792014122600004.jpg

Il rejoint rapidement ses parents. Le duché est à nous !

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=7143632014122600005.jpg

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=3984622014122600006.jpg

Notre chapelain parvient avec succès à convertir Jérusalem de l’hérésie qui y sévissait

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=2952462014122600010.jpg

Peu après, c'est à Pise de subir le courroux de nos armées

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=5092972014122600011.jpg

Pise anéantie, Thorsten décida de faire une partie de chasse afin de "garder la forme" entre deux guerres

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=4022242014122600013.jpg

Peu après deux événements importants ont lieu : la création de la Hanse et de l'Ordre de Santiago

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=3727542014122600014.jpg

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=3802982014122600015.jpg

Plusieurs aventuriers, notamment turcs tentèrent à plusieurs reprises de s'emparer de territoires de la terre sainte. Bien que tous repoussés, Thorstein se demanda si sa sympathie envers l'islam était perçu comme de la faiblesse...

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=9685492014122600016.jpg

Malheureusement, une de ses filles mariée au duc d'Orléans est morte dans un accident suspect. Qui à bien pu la tuer ?

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=8256782014122600017.jpg

Afin de contenir Venise devenue trop envahissante au goût du Roi depuis la destruction de Gènes et Pise et pour remplir le trésor, il décidai de déclarer un embargo qu'il emporta assez facilement.

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=8896062014122600018.jpg

Enfin ! Avec l'argent ainsi accumulé, Thorstein déclara la guerre au Saint-Empire pour prendre des terres italiennes et diminuer les revenus de l'Empire en anéantissant la République d'Ancôme !

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=6641902014122600020.jpg

De nombreuses et sanglantes batailles ont lieu et la plus décisive de toutes parvient même à tuer l'antipape impérial !

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=2209562014122600021.jpg

Et hélas pour lui, notre bon roi décède en poursuivant lui-même les troupes impériales en déroute, son cœur n'ayant plus tenu le choc. Longue vie au Roi Herman !

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=6390922014122600022.jpg

Bon eh bien voilà, j'aura quand même pas mal guerroyé même si en général je n'ai attaqué que pour des comtés. J'aurai aussi voulu attaquer Venise (Comme on peut le voir sur la dernière image si on est attentif) mais je n'ai finalement pas pu.

En tout cas, mon successeur aura les mains libres si il veut créer une ou deux républiques, vu le carnage que j'ai commis contre elles puisque elles étaient les seules voies de conquêtes faciles dans le coin.

Je n'ai pas touché aux musulmans, donc mon successeur aura surement des problèmes avec eux (jihad and co) même si ça devrait passer normalement puisque l'IA byzantine m'a proposée une alliance. (que j'ai oubliée d'enregistrer par contre)

J’espère aussi vraiment que le double duché de Gènes/Milan sera pris, même si cela doit être fait par les armes (et c'est largement faisable si on s'y prend bien la preuve) pour ensuite devenir Roi puis Empereur d'Italie

Et pour les terres Siciliennes je n'ai pas osé les reprendre même si je n'ai jamais eu de guerre civile.

Place à Talla !

Thorsten von Schalburg

La journée avait été éprouvante pour Marie de Hauteville, fille du Roi Charles de Sicile, et première Reine de ce curieux royaume normand niché en plein cœur de la méditerranée. Les festivités du couronnement l’avaient beaucoup fatigué, elle qui était d’un caractère plutôt paresseux, et elle avait souhaité s’isoler quelques instants avant de regagner les festivités.

Depuis son balcon, elle pouvait apercevoir la cité de Capoue, qui plongeait peu à peu dans l’obscurité quelque peu tardive du mois de mars.

« Je suis maintenant une Reine » se disait-elle, hésitante. Cela faisait longtemps qu’elle était prédestinée à ce rôle, son père n’ayant jamais pu lui donner de frère. Elle avait part ailleurs déjà pu gouter bien malgré elle aux intrigues qui la liaient à son statut d’héritière, puisque son père avait fait assassiner son premier époux pour une histoire de matrilinéarité.

Mais elle ne se sentait guère prête. C’était une femme oisive, et peu courageuse, peu versée dans la diplomatie de cour et n’ayant pas le moindre talent pour l’intrigue. Elle n’avait de plus aucune ambition et ne se sentait pas l’étoffe d’une grande souveraine.

1419185593-marie.jpg

Marie Ière de Hauteville, et ses stats plus que moyennes

Alors qu’elle réfléchissait, elle fut perturbée par une voix qui semblait venir de sa tête.

« Bonsoir votre altesse »

Un homme se tenait là, à côté d’elle, vêtu d’une manière bien étrange, dans une mode qui n’avait rien de commun avec ce qui se faisait en Italie, ni d’ailleurs dans n’importe quelle autre contrée dont elle avait connaissance.

« Qui êtes-vous messire ? J’ai demandé à ce que l’on me laisse seule, vous devrez attendre si vous vous voulez vous entretenir avec moi »

« Mais vous êtes seule majesté »

La Reine prit peur et appela immédiatement la garde. En quelques secondes trois hommes en armes, épée hors du fourreau, l’avait rejoint sur le balcon.

« Que se passe-t-il Majesté ? »

« Cette homme m’importune, chassez le ! »

« Quel homme Majesté ? »

« Vous êtes la seule à pouvoir me voir » dit alors l’homme à l’aspect étrange « laissez donc partir ces chevaliers et nous pourrons converser en paix »

La Reine, qui était à deux doigts de s’enfuir en courant, réussit à puiser un peu de courage au fond d’elle-même pour renvoyer ses hommes, et elle put s’entretenir avec cette bien curieuse entité.

« Qui êtes-vous, et qu’êtes-vous ? »

« Question pertinente » Se réjouit l’entité « Dans un sens je ne suis qu’un simple être humain, mais dans cet univers je sais également être bien plus. Rassurez-vous, je ne suis pas un envoyé du diable. Mais je ne suis pas non plus un ange de Dieu. J’ai été envoyé ici-bas pour vous protéger et vous guider dans votre tâche. Et il y aura du travail, n’en doutez pas. »

« Mais comment se fait-il que mes gardes ne vous aient pas vu ? »

« Parce que je ne souhaite pas que quiconque autre que vous n’ai ce privilège. »

La Reine était perturbée, elle repensait à ce que lui avait dit le prêtre à propos des démons. Mais quelque chose en elle la poussait à faire confiance à cette créature humaine.

« Et comment dois-je vous appeler ? »

« Oh, cela n’a guère d’importance, car je serai toujours là prêt de vous quand vous en aurez besoin. Mais si cela vous tiens à cœur… J’ai de nombreux noms, mais pour vous je serai celui qui se nomme… Thorsten von Schalburg. »

Le lendemain, après réunion du conseil restreint, la Reine Marie réorganisa le conseil et mit en place ses premières mesures qui étonnèrent beaucoup l’assistance, les nobles ne s’attendant pas à ce que la Reine puisse prendre des décisions aussi tôt.

Il fut donc décidé de déplacer la capitale à Salerne, une position plus centrale pour gouverner le royaume.

Les juifs furent réhabilités et purent recommencer leurs activités sur les terres de Sicile.

La Reine ayant trop de possessions, il fut décidé de confier la baronnie de Catane à un noble normand.

Quelque pots-de-vin furent versés aux nobles d’importance.

Dans les politiques à long terme, il fut poursuivi la décision de continuer la normandisation culturelle du royaume. Enfin, le Comte Sewal fut envoyé en Sardaigne pour fabriquer des revendications nous permettant d’accroitre notre contrôle sur la Mediterrannée.

1419185710-juifs.jpg

Les juifs sont de retour en Sicile

A la fin de la journée, fière d’elle, la reine, enthousiaste, s’entretenue avec Thorsten sur ses actions de la journée.

« Vous avez fait le plus gros du travail pour le moment, hormis le déménagement à Salerne vous ne devriez pas avoir à vous occuper de grand-chose prochainement. Cependant je vous invite à jeter un coup d’œil sur la situation hongroise »

« La Hongrie ? Mais nous n’avons aucun intérêt là-bas ! »

« C’était peut être le cas il y a quelques années, jusqu’à ce que votre jeune cousin Serlo, agé de 5 ans, n’accède à la couronne d’Etienne. Vous êtes certes bien loin dans la liste de succession mais qui sait ? »

« Je suis déjà Reine de Sicile, et je n’ai aucune envie de régner sur cette contrée étrange. Assurez-vous seulement que mon cousin reste en vie, il pourrait être un bon allié. »

Le Roi Consort Ugues venait d’entrer dans la pièce

« A qui parlez-vous ma mie ? »

« A Thors… Euh… à personne, je parlais toute seule… »

« Alors comme cela nous déménageons à Salerne ? »

1419185796-serlo.jpg

Le très jeune Serlo de Hauteville, Roi de Hongrie

Les choses s’annonçaient calmes pour un certain temps, jusqu’à ce que la mère de Marie, duchesse de Toscane, ne déclenche une guerre d’indépendance contre le Saint Empire. Malheureusement, il était impossible de lui offrir un soutien militaire.

1419185946-ippo.jpg

La guerre civile frappe le Saint Empire

Alors que la guerre grondait au nord, l'évangélisation des dernières provinces hérétique se poursuivait sans heurt en Sicile.

Le 18 mars 1123, Malte fut officiellement considérée comme évangélisée. Le 26 février 1126, ce fut au tour de la province de Naples de devenir officiellement catholique, abandonnant les vieilles coutumes orthodoxes. Le Royaume était désormais entièrement fidèle à l’Église romaine.

1419186253-catho.jpg

Les Bonnes nouvelles font toujours plaisir.

Quand ses enfants atteignirent l’âge de six ans, Marie confia l’éducation de son fils au chapelain de la cour, qui était un homme sage, et décida de s’occuper elle-même de celle de sa fille.

Quelques temps plus tard, le 1 aout 1126, elle découvrit qu’elle était enceinte d’un troisième enfant

1419186361-enfant.jpg

Je vous avoue que je trouve le dessin de l'event superbe

Le 23 septembre 1126, Ippolita, la mère de Marie, toujours en révolte contre le Saint Empire et sur le point de gagner, nous appela dans une guerre défensive contre Pise, qui souhaitait s’approprier Bastia. Nous répondîmes par l’affirmative même si nous supposions que cette guerre avorterait assez vite.

Et effectivement, le 19 décembre, Ippolita triompha du Saint Empire et la guerre pisane s’arrêta aussitôt. La mère de Marie acquit donc son indépendance avec son allié, le Royaume d’Aquitaine. Quand elle sera rappelée à Dieu, la Couronne de Sicile héritera d’un bel et vaste territoire.

1419186565-ippo2.jpg

L'Empereur pleur

1419186624-toscane.jpg

La Toscane

Le 2 Mars 1127 Naquit le second fils de Marie. Son père voulait le nommer Arnald mais la reine insista mystérieusement pour qu’il s’appelle Thorsten.

1419186715-thorsten.jpg

Pierre de Thor, pas très catholique comme nom

Le 22 décembre 1131, le Pape appela à la Croisade pour Jérusalem. C’était l’occasion rêvée pour la reine Marie, après presque 10 années d’une règne plat et calme, de pouvoir entrer peut être dans l’Histoire.

Plutôt retissante à la base, Thorsten (pas son fils, mais son "ange gardien") parvint à la convaincre de se joindre immédiatement à l'effort de guerre, et la Sicile figura parmi les premiers Royaumes à rejoindre les armées du Christ.

1419187102-croisade.jpg

Crusader Kings

La première grande bataille à lieu à Jérusalem, où une coalition de 37 000 chrétiens défit une armée mauresque de 10 000 hommes

Après la victoire, nos troupes se replièrent pour prendre le port d’Arsuf.

A la suite de cette grande bataille, le reste de la guerre consista pour nos troupes en une série d’occupations et de petites batailles mineures, manifestement l'Empire musulman avait été attaqué à un très bon moment.

1419187245-bataille.jpg

Un petit carnage

Mais alors même que nous étions en train de gagner la croisade, ce félon de Duc Robert exigea d’abaisser l’autorité de la Couronne. La guerre civile fut déclarée.

1419187346-felonie.jpg

Décidément Robert est un nom chéri par les rebelles !

La mère de Marie, la Duchesse de Toscane, ainsi que son lointain parent le Roi de Croatie acceptèrent de lui porter secours lors de ce conflit.

Le 31 Mars 1134, grâce à la seule action de nos alliés, le félon Robert fut vaincu.

1419187473-robert.jpg

Mais ils ne gagnent pas toujours...

Thorsten recommanda à Marie de rehausser l’autorité de la couronne afin de mieux le narguer.

Et le 20 juillet 1134 marqua le triomphe des armées du Christ. Grâce à son impact stratégique décisif, Marie de Hauteville, Reine de Sicile, fut couronnée première Reine de Jérusalem par la grâce de Dieu

Les divers titres du Royaume furent partagés entre les deux fils de la Reine et la petite noblesse normande qui s’était illustrée à la bataille. La Reine conserva le domaine de Jérusalem en mains propres.

1419187557-jer.jpg

Ô Jerusalem

Le 25 Mai 1135, La mère de Marie, Ippolita, succomba de son anxiété mortifère, et le Duché de Toscane fut annexé à la Sicile. Le Royaume s’étendait de plus en plus.

Parallèlement, nous devions faire face à une guerre de conquête mineure au levant, que nous avions déclenché un peu trop vite face à un comté isolé qui avait de trop bon alliés. Cela même alors qu’une révolte musulmane ravageait le sud. Cela posait problème, car les caisses étaient peu fournies et les troupes disponibles là-bas bien trop peu nombreuses.

1419187686-heritage.jpg

Une belle mort ! Euhm... En fait,... non.

Le 10 janvier 1141, une nouvelle révolte pour abaisser l’autorité de la couronne se déclencha, et ce fut de nouveau la guerre. Elle fut longue mais gagnée sans trop de peine.

1419187785-felon2.jpg

Décidément cela ne leur plait pas

En 1144, les revendications pour la Sardaigne étaient enfin prêtes, mais il fallait encore attendre, car les caisses étaient vides, l’or ayant été aspiré par la récente guerre civile

Le premier septembre 1145 arriva un grand malheur. Roger, Duc de Jérusalem, fils ainé de Marie et héritier de la couronne, succomba sous les assauts de la maladie.

C’est donc l’actuel Duc d’Ascalon, Thorsten, qui devint l’héritier.

La chose fit beaucoup rire Thorsten von Schalburg, l’étrange esprit qui conseillait en secret la Reine, mais il préféra ne pas lui en faire part puisqu’elle était accablée de chagrin.

1419187874-roger.jpg

Il aurait du manger plus de lapin

Récemment, Nous nous sommes rendu compte que l’Empire Byzantin était passé en succession élective, la chose peut avoir de l’importance car nous sommes électeurs.

En mars 1147 débuta l’invasion de la Sardaigne, soumise à la république de Pise, après tant d’années d’attente.

La guerre fut d’une facilité déconcertante. Les pisois n’opposèrent quasiment aucune résistance. Leurs caisses étaient manifestement à sec puisqu’une compagnie de mercenaires à leur solde se retourna pendant le conflit. En mars 1149 la Sardaigne était intégré au Royaume de Sicile.

Mais alors que tout allait bien dans le Royaume depuis plusieurs années, nous nous rendîmes compte que nous avions fait une énorme erreur. Nous avions confié à celui qui aurait dû être le Duc de Sardaigne le duché de Sicile en lieu et place ! Et tous les fiefs qui vont avec !

Erreur qu’il fallait réparer au plus tôt, nous lui donnâmes le titre qui lui revenait de droit puis exigeâmes celui qui était nôtre. Mais il refusa ce bon accord et se révolta !

Alors que le temps passait les choses allaient de mal en pis. Le Duc de Sardaigne était vaincu. Nous pûmes lui soustraire son titre de duc de Sicile mais il était impossible de lui récupérer nos fiefs siciliens à cause de la trêve.

Dans le même temps, une grande révolte musulmane et lollarde avait éclaté au levant, et c’est près de 8000 hommes en tout qui se battaient là-bas contre nous, étant parvenus à anéantir totalement l’escorte royale resté là-bas. Les caisses du royaume étant de nouveaux à sec, les choses s’annonçaient difficiles.

Le 10 octobre 1161, Le roi consort de Sicile s’éteignait. Le tour de Marie allait surement bientôt venir.

1419188003-ugues.jpg

ça fait bizarre sans H

Et bien non… Le 12 aout 1164, le pape déclencha une croisade contre la Lituanie. Cette fois ci nous ne nous sentîmes absolument pas concernés. D’autant plus que les révoltés du Levant sapaient toujours nos défenses, et nous étions toujours incapables de leur répondre.

1419188141-lithuanie.jpg

Une croisade pour massacrer des païens inoffensifs...

Finalement, une flotte fut envoyée à Jérusalem au printemps 1166, et les rebelles furent anéantis. Le Royaume était enfin en paix et Marie pouvait s’en aller sereine…

Ce qu’elle fit quelque mois plus tard. Sur son lit de mort, un Thorsten se trouvait à son chevet. La Reine sur le point d’expirer son dernier souffle le remerciait pour tout ce qu’il avait fait pour elle. Elle se remémorait les bons moments passés avec lui comme les périodes difficiles. Mais Thorsten ne comprenait pas, sa mère faisant référence à des évènements dont il n’avait pas même idée.

Qu’importe, elle venait de rendre son dernier soupir.

La Reine Marie la Grande de Hauteville est morte, Longue vie au Roi Thorsten !!!

1419189114-longuevieauroi.jpg

Au Suivant !

*********************************************************************************************************************************************************************

Eh bien voilà. Un règne excessivement long et assez inattendu aux vues des stats de la donzelle, je n'aurai jamais cru faire autant car mon seul objectif de départ c'était la Sardaigne.

Pour le coup du nom de l'héritier, c'était juste lancé comme une blague, je ne pensais vraiment pas que "Thorsten" accéderait au trône, j'espère que vous me pardonnerez cette fantaisie.

Enfin ma plus grosse bourde c'est quand même, au moment où j'ai voulu céder la Sardaigne, je me suis trompé de Duché et j'ai sélectionné "inclure tous les sous titres" ce qui nous a fait perdre le contrôle de tous nos fiefs en Sicile. Le pire c'est que je ne m'en suit rendu compte que presque cinq ans après coup !!!

Bon, le type est actuellement prisonnier, à mon successeur s'il le souhaite de reprendre nos comtés sans risque (si ce n'est celui d'augmenter la colère des autres vassaux) (je ne pouvais plus le faire moi même, j'avais la trêve encore active qui m'en empêchait.)

Voilà, bonne chance à Xilot !

P.S. Désolé, j'ai beau avoir essayé toutes les manips que j'ai pu, la dernière image refuse de s'afficher...

EDIT j'ai corrigé en virant le screen de la défaite des rebelles, j'en ai profité pour corriger deux ou trois fautes qui m'ont sauté aux yeux.

Atipik

Charles le Fugace!

C'est en l'an de grâce 1113 que Charles de Hauteville alors âgé de 43 ans monte sur le trône du royaume de Sicile!

263295PartieCommuneCK23.png

Son père avait lancé la guerre pour reprendre Malte au infidèles et Charles comptait bien assujettir cette île! Et après un débarquement important l'île du se rendre!

Voyant son âge avancé et sa fille et héritière mariée à un homme de peu de prestige, qui ne donnerait pas de petit Hauteville, et soucieux de voir sa lignée perdurer à travers le temps (1*). Le roi de Sicile fomenta un complot en vue de faire disparaître son beau fils pour le remplacer par un homme facilement influençable!

Le jeune marié ne devait pas être très apprécié puisque à peine quelques semaines plus tard... (2*)

310919PartieCommuneCK21.png

L'un des prétendants du Royaume de France et du Duché de Toulouse fût choisi et un mariage matrilinéaire, qui préserverait la dynastie des Hauteville, fut conclu!

Une fois sa propre lignée assurée! Charles se lança dans une guerre pour asseoir un Hauteville sur le trône de Croatie, cette guerre ne dura que quelques mois! Et une éclatante victoire en résultat!

Le Roi Charles de Sicile étant proche de son peuple et bienveillant, celui-ci le suivi et le comté de Salerne se convertit à la culture Normande!

Le roi fit un pèlerinage qui le conforta dans sa foi et son zèle n'en fut qu'exacerber!

Alors que la Reine de Sicile et Duchesse de Toscane était âgée de 45 ans elle tomba enceinte et accoucha quelques temps plus tard d'une petite fille. (3*)

Le Roi se lança dans la préparation d'une éventuelle invasion de Tripolitaine ou de Toulouse mais l'âge et la fatigue eut raison de ses intentions et en l'an de grâce 1122... (4*)

533829PartieCommuneCK22.png

***********************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Voilà je n'ai pas eu le temps de faire grand chose mais cette partie est pleine de possibilité!

La Croatie à perdu un territoire au profit de l'Empire Byzantin espérons qu'il ne lorgne pas sur les autres territoires de notre parent parce que le défendre va être compliqué...

La Duchesse est encore en vie mais elle se fait vielle donc la Toscane va nous revenir d'ici peu!

(1*) Tu m'étonne sinon c'est la fin de cette partie commune! ^^

(2*) Merci à Shaman et la petite fortune qu'il m'a légué pour les pots de vins diverse et variés!

(3*) J'aurait limite été vexé que sa soit un garçon tient après le mal que je me suis donné pour que ma fille soit jouable xD

(4*) Le duché de Toulouse à été bien mangé et la France n'est plus que l'ombre d'elle même... donc aisément attaquable!

Shaman23

Et c'est là que Richard de Hauteville commence son épopée.

Le jeune homme est un soldat des plus moyens (11 en martial avec l'éducation militaire de niveau deux).

Il va pourtant se montrer un grand général et finir par remporter le grand tournoi à l'age de 66ans avec 23 en martial devant son fils cadet et ses 27 de martial.

Par deux fois, son expérience du champ de bataille lui vaudra une upgrade de son trait d'éducation.

De plus, après un pèlerinage à st Jaques, il se découvrira sur le tard une vocation religieuse (zélé).

Ce qui le poussera à participer à la croisade pour Jérusalem au cours de la quelle il apprendre une dernière leçon, refuser un combat perdu d'avance est une victoire en soit.

Voyant que rien ne pouvait être fait face aux troupes du Calife, les troupes normandes regagneront la Sicile sans combattre.

C'est bien la seule guerre que Richard dit le gros ne remportera pas.

Après avoir gagné la guerre lancé par son frère, il était devenu duc.

Il entrepris alors de chasser de Sicile tous ceux qui n'étaient pas Normand, les grecs, les Italiens et les musulmans.

Pour se faire, il adopta une technique simple. S'attaquer au petits et laisser les gros venir.

Les simples comtes furent annexer rapidement.

L'émir de Sicile attaqua, vu son armée détruite et Richard en profita pour l'attaquer à son tour.

Le duc de Calabre et cousin de Richard décidé d'attaquer aussi, lui aussi fut détruit, lui aussi fut attaquer en retour. Il le regretta puisque Richard ne lui pardonnera jamais, même quand les musulmans menaçaient la Calabre.

Bientôt, il ne restait en Sicile plus que des Hauteville. Richard et deux de ses cousins. Le premier reconnu richard comme son roi mais le passif avec le second, le duc de Calabre était trop lourd.

Son prédécesseur en revanche ne tarda pas a prêter serment.

Ainsi, à l’exception de Malte, toute la Sicile est unifiée sous le règne du Roi Richard le gros de Sicile.

NB : Une guerre est en cours pour Malte. J'attendais la mort de mon personnage puis en ai eu marre et ai attaqué, mon perso est mort à ce moment là alors que j'ai passé les 20 dernières années du règne en vitesse 5 à attendre que le temps passe...

Le royaume est composé de trois duché tenu par des Hauteville.

Le roi lui a deux duché en propre et voulant se rapprocher de Rome, la capitale a été déplacé à Capoue (le duché de Capoue n'a pas été créé).

Charles, le fis ainé du roi et héritier est marié à la duchesse de Toscane (fille de Matilda et ayant les mêmes titres que sa mère).

Son cadet est marié à la fille du Kaiser (le st empire à ouvert l'électif aux femmes et le kaiser n'a pas de fils donc il y a une chance).

Le plus jeune de la fratrie est roi consort de Hongrie (mariage classique donc installer notre dynastie là bas est une option).

Quand aux princesses sicilienne, l'une est marié à l'héritier du trône polonais, l'autre à un prince d'Aquitaine (mais l'Aquitaine a changé de main et intégré le SERG).

( je crois qu'on a un lien avec la Croatie aussi).

Attention. Charles de Hauteville n'a eu que des filles avec la duchesse de Toscane et elles sont déjà mariée. Les faire hériter n'est peut être pas une bonne idée, mon plan pour annexer la moitié de l'Italie est peut être compromis.

Loup

Le règne du comte Abelard de Tarente (1066-1068)

En septembre 1066, les Normands venaient tout juste de s’établir en Italie du Sud (depuis les années 1030), mais personne en Europe ne doutait de leurs ambitions. La maison d'Hauteville régnait sur une bonne partie du sud de la péninsule et Robert Guiscard était le plus puissant d'entre eux avec les titres de duc de Calabre et d'Apulie et de nombreux enfants.

5t4cvxH.png

Le duc Robert Guiscard d'Apulie et de Calabre

Notre personnage Abelard de Tarente, avec lequel débute cette partie commune, était le neveu de ce vieil homme. Aussi ambitieux que son oncle, il s'était déjà révolté de multiples fois contre l'autorité de celui-ci pendant les années précédentes. Il ne comptait donc pas jeter l'éponge avant d'avoir revendiqué et conquérit les deux duchés du duc Robert Guiscard qu'ils lui revenaient de droit selon lui. Mauvais diplomate mais relativement bon guerrier et surtout très envieux, il était en septembre 1066 prêt à se relancer le plus tôt possible dans une guerre pour prendre les deux duchés. (Note: Non, je ne savais pas qu'il possédait ces revendications :P )

tz0dacE.png

Le comte Abelard de Tarente

Sans fils, le comte Abelard décida d'abord de se marier avec une princesse danoise de la dynastie royale Estrid dont le père était célèbre à travers toute l'Europe pour ses nombreux enfants.

FQ4CU4l.png

La jeune princesse Sigrid de Danemark

Pour pouvoir réaliser la conquête des possessions normandes de son oncle le duc Robert Guiscard, il lui fallait du soutien parmi le reste de la noblesse normande et c'est pour cela que notre comte allait en septembre former une faction pour se placer à la tête du duché d'Apulie.

Uy8uHlw.png

En début de février, voyant une occasion pour se rebeller et prendre le titre ducal, Abelard allait prendre une décision qui allait avoir un impact majeur sur le reste de son règne. Alors que le duc Robert Guiscard (~3300 hommes), était parti combattre les Sarrasins (~3400 hommes) de l’île sicilienne en soutien de la république d'Amalfi et était aussi en guerre contre les Vénitiens, le comte de Tarente lança un ultimatum à son oncle et recruta des mercenaires avec de l'argent partiellement emprunté aux riches marchands juifs. Le duc Robert refusa de céder le titre, ce fut la guerre et le comte Abelard commença à envahir le territoire Apulien du puissant duc.

ZdHw6vx.png

La guerre tourna rapidement en faveur du comte de Tarente qui remporta de nombreuses victoires avec ses mercenaires et troupes Tarentaises face aux ennemis Apuliens et leurs alliés de Salerne et Amalfi. En fin août 1067, pour des raisons inconnues jusqua ce jour, Robert Guiscard abdiqua du titre de duc d'Apulie en faveur du frère cadet d'Abelard, Herman. Furieux de cet événement qui mit fin à sa guerre contre Robert, le comte Abelard décida alors de déclarer la guerre à son propre frère! Il reçut le soutien moral et puis militaire inattendu de ce premier qui rejoignit la guerre un peu plus tard.

DKH8O4d.png

Combattant et menant personnellement ses troupes contre ses ennemis, le comte de Tarente subit une grave blessure sur le champ de bataille en novembre, mais refusa d'abandonner, étant pour le moment victorieux dans son combat pour prendre le duché d'Apulie de son frère.

fOKLhH2.png

En avril 1068, le duc ennemi Herman réussit à cerner son frère le comte Abelard pour une deuxième fois dans une bataille que ce dernier était en passe de gagner. Cependant, il fut retrouvé mort sur le champ de bataille par ses soldats qui acclamèrent tout de suite l'autre frère d'Abelard et d'Herman, Richard, qui devint comte de Tarente et hérita de toutes les guerres de ce comté.

Xbbqofs.png

Un brave jeune homme mémorable parmi la maison des illustres Hauteville! Vive le nouveau comte Richard de Tarente!

lOW0ZYQ.png